LE BLOG DE FANFG

15 juin 2018

JOHNNY HALLYDAY- " QUELQUE CHOSE DE TENNESSEE" 1985

MERCI JOHNNY, TU AS TOUJOURS INTERPRETE AVEC TALENT TOUTES LES CHANSONS ET LES TEXTES OFFERTS!!

mort_de_johnny_hallyday_

 MERCI A MICHEL BERGER POUR CETTE BELLE CHANSON!   TOUS LES DEUX, VOUS FAITES PARTIS DU PATRIMOINE FRANCAIS!!!!

                           michel_johnny

Thomas Lanier Williams III, dit Tennessee Williams, né le 26 mars 1911 à Columbus dans le Mississippi aux États-Unis et mort le 25 février 1983 à New York, fut un dramaturge et écrivain américain dont de nombreuses œuvres furent portées au cinéma.

Aux côtés d'Eugène O'Neill et Arthur Miller, il est considéré comme l'un des dramaturges les plus importants du XXe siècle aux États-Unis.

Après des années dans l'obscurité, il devient soudain populaire avec La Ménagerie de verre (1944), qui donne à voir une famille semblable à la sienne, malheureuse et de basse condition. Cette pièce ouvre une période de succès, incluant Un tramway nommé Désir (1947), La Chatte sur un toit brûlant(1955) et Doux oiseau de jeunesse (1959). Les travaux de la fin de sa vie attestent d'un style nouveau qui ne plut pas au public, et sa dépendance à l'alcool et la drogue influence sa créativité. Sa pièce Un tramway nommé Désir est souvent incluse dans la liste des toutes meilleures pièces américaines du XXe siècle! (SUITE SUR WIKIPEDIA)

 timbre

JOHNNY HALLYDAY - PIECE DE THEÂTRE - " LE PARADIS SUR TERRE"  de TENNESSEE WILLIAMS

 S'il n'avait pas été chanteur, JOHNNY HALLYDAY se serait consacré au septième art. C'était même sa vocation première. Comme son ami Eddy Mitchell, il vouait en effet une véritable passion au cinéma. Sa première apparition sur grand écran remonte à ses 13 ans. Dans "Les Diaboliques", de Georges Clouzot, le futur « Elvis français », comme l'a surnommé le New Yorker, fait une apparition. Cette expérience fugace, où il campe un élève d'internat, est une révélation. Sa silhouette imprime la pellicule et l'adolescent prend goût aux projecteurs. Son père, qu'il n'a pas vraiment connu, Léon Smet, n'est-il pas professeur d'art dramatique à Bruxelles ?

                  affiche_de_la_piece_avec_johnny_950x0_2  EN 2011

 

.

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

ALBERTO GIACOMETTI -

MERCI A : Musicatua  -  MUSIQUE : LISZT - Fondation GIACOMETTI : https://www.fondation-giacometti.fr/

Alberto Giacometti fut un sculpteur et un peintre suisse, né à Borgonovo, dans le val Bregaglia, le 10 octobre 1901, et mort à Coire, le 11 janvier 1966.

Alberto Giacometti naît en 1901 en Suisse, dans le canton des Grisons. Il est l'aîné de quatre enfants. Son père, Giovanni Giacometti, lui-même peintre, le pousse à s'intéresser à l'art. Il peint ses premières œuvres dans le domicile familial, essentiellement des portraits des membres de sa famille ou de ses condisciples, reprenant le style postimpressionniste paternel. Au terme de ses écoles obligatoires, Alberto part étudier à l'École des beaux-arts de Genève avant d’arriver à Paris en janvier 1922.

Il fréquente l'atelier d’Antoine Bourdelle, à l’Académie de la Grande Chaumière, à Montparnasse. Il découvre le cubisme, l’art africain et la statuaire grecque et s'en inspire dans ses premières œuvres. Ses sculptures sont en plâtre, ensuite parfois peintes ou coulées en bronze, technique qu'il pratiquera jusqu'à la fin de sa vie.

SURREALISTE : Après avoir créé des sculptures « plates » (Femme, 1929) et « ouvertes » (Homme et Femme, 1929), Giacometti se rapproche des surréalistes et expose, à partir de 1930, aux côtés de Joan Miró et Jean Arp, à la galerie Pierre avec laquelle il a passé un contrat en 1929. Il rencontre Tristan TzaraRené CrevelLouis AragonAndré BretonSalvador DalíAndré Masson. Il adhère officiellement au groupe surréaliste parisien en 1931. Il crée des gravures et des dessins pour illustrer des livres de René CrevelTristan Tzara et André Breton. Il participe à la rédaction des revues du groupe. 

L'inquiétude, l'onirisme, l'incertitude, la violence sont les caractéristiques des sculptures de cette époque : CubeFemme qui marcheFemme couchée qui rêveFemme égorgéeCageFleur en dangerObjet désagréable à jeterTableTête crâne. La plupart de ses œuvres de jeunesse ou surréalistes sont connues par leur édition en bronze faite dans les dix dernières années de la vie de l'artiste.

Exclu du groupe surréaliste en 1935, Giacometti garde toutefois des relations amicales avec Michel Leiris et Georges Limbour, et ses sculptures ne cesseront d'être présentées dans les diverses expositions surréalistes.

Durant la période (1946-1947) s'affirme le nouveau style de Giacometti, caractérisé par de hautes figures filiformes. Sa production est stimulée par les relations qu'il renoue avec le marchand new-yorkais Pierre Matisse qui accueille sa première exposition personnelle d'après-guerre en janvier 1948. Grâce à la reconduction des accords passés en 1936 avec le galeriste, Giacometti peut faire fondre en bronze, en 1947, huit de ses nouvelles sculptures dont L'Homme qui pointe et le premier Homme qui marche. Suivent, en 1948, Les Trois Hommes qui marchent et les Places.

Mais c'est pour l'exposition à la galerie Pierre Matisse de décembre 1950 que Giacometti produit quelques-unes de ses plus fameuses sculptures dont commence l'édition en bronze : Quatre femmes sur socleQuatre figurines sur piédestalLa ForêtLa ClairièreLa CageLe ChariotLa Femme qui marche entre deux boîtes qui sont des maisons.

C'est seulement en juin 1951, qu'a lieu sa première exposition d'après-guerre à Paris, à la galerie Maeght, où son ami Louis Clayeux l'a convaincu d'entrer. Il y présente des œuvres déjà montrées à la galerie Matisse et plusieurs œuvres nouvelles, toutes en plâtre, dont Le Chat et Le Chien. Contrairement à la légende qui veut qu'Aimé Maeght ait permis à Giacometti de faire fondre ses œuvres en bronze, Giacometti peut faire fondre ce qu'il veut, depuis 1947, grâce à Pierre Matisse.

En 1948, Jean-Paul Sartre avait signé la préface de sa première exposition à New York, « La Recherche de l'absolu ». En 1951, ce sont Leiris et Ponge qui accompagnent l'exposition chez Maeght. En 1954, Sartre écrit un autre texte de référence sur l'artiste. La même année, Giacometti rencontre Jean Genet dont il fait le portrait et c'est pour la publication de la galerie Maeght, Derrière le miroir, que Genet écrit en 1957 un des plus brillants essais sur l'artiste, "L'Atelier d'Alberto Giacometti."

À la fin de sa vie, Giacometti est comblé d'honneurs. Il remporte le prix Carnegie en 1961, le grand prix de sculpture de la Biennale de Venise en 1962, le prix Guggenheim en 1964 et le grand prix international des arts décerné par la France en 1965.

                           alberto_giacometti

Peintures et dessins :

Il s'agit d'un pan important de l'œuvre de l'artiste. Il est connu essentiellement pour ses portraits, même s'il a fait quelques paysages ou natures mortes dans sa jeunesse. Il a également peint des tableaux abstraits dans les années 1920 et 1930.

Ses portraits sont faits soit d'après modèle, soit de mémoire. Le nombre de ses modèles est relativement limité. Les plus connus sont son frère Diego et sa femme Annette. Il a également utilisé des modèles professionnels, ainsi que certains de ses amis (dont le professeur de philosophie Yanaihara, à partir de 1955).  Les portraits de Giacometti se caractérisent par l'absence de décor, le caractère quasi monochrome et sombre de la palette, l'attitude figée du modèle, toujours de face, qui contraste avec l'abondance des retouches au niveau du visage, jusqu'à en effacer l'esquisse initiale. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

          Alberto_Giacometti_Annette  Portrait Annette

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 11:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 juin 2018

JARDIN ET VILLA ARNAGA - D'EDMOND ROSTAND

MERCI A PMarieJo -  MUSIQUE : Nocturne No. 8 in D-Flat Major, Op. 27, No. 2  -  Artiste : Peter Schmalfuss

La villa Arnaga est une maison construite par Edmond Rostand à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques) au début du XXe siècle. La villa et son parc, aujourd'hui propriété de la commune de Cambo-les-Bains, abritent le musée Edmond Rostand.

Arraga — modifié en « Arnaga » par Rostand pour sa sonorité — signifie « lieu de pierre » en langue basque

C'est à l'écart de la ville, en direction de Larressore sur la route départementale D932, que se dresse la villa Arnaga, entourée d'un grand parc et dominant un jardin à la française.

Edmond Rostand a 32 ans lorsque, mal remis d'une pleurésie contractée pendant les répétitions de L'Aiglon, il loue à Cambo la villa Etchegorria.

À son retour de Paris, où il vient d'être élu à l'Académie française (1901), il achète une parcelle située sur une colline où serpente l'Arraga. Il aménage le terrain et de 1903 à 1906 fait construire la villa, où il écrira Chantecler.

On compte parmi les amis qui participent aux réceptions fastueuses qui s'y déroulent — qui conduiront son propriétaire à la ruine, les droits d'auteur de Chantecler y seront engloutis — le compositeur et pianiste Jules Massenet.

Après la mort de Rostand en 1918, le mobilier et sa bibliothèque sont dispersés, dont en particulier des panneaux anciens et précieux en laque de Coromandel.  La municipalité achète la villa en 1960 pour en faire le « Musée Edmond Rostand ».Gérard Depardieu a fait don au musée de son César reçu en 1991 pour son interprétation dans Cyrano de Bergerac; il est exposé dans la bibliothèque!! L'établissement a reçu le label Musée de France!!

La villa

Il s'agit d'une vaste maison basque que Rostand fit construire par l'architecte Joseph-Albert Tournaire entre 1903 et 1906. La villa est un des premiers exemples du style néobasque, appelé à un grand succès partout en France

Un « poème de pierre et de verdure » imaginé par Edmond Rostand pour la maison de ses rêves où la décoration intérieure est pensée comme un décor de théâtre. En effet, Rostand dessina et décora lui-même les quarante pièces de la villa, sur près de 600 m2 au sol, en divers styles : anglais (pour le hall), chinois (pour le fumoir), Empire, ou encore Louis XVI; le peintre Gaston La Touche contribua à sa décoration en peignant d'importantes toiles murales.

Elle bénéficiait dès l'origine de l'électricité, d'un calorifère à air chaud et du téléphone. Sur une plaque au-dessus de la porte d'entrée sont gravés ces mots de Rostand :

Toi qui viens partager notre lumière blonde
Et t'asseoir au festin des horizons changeants,
N'entre qu'avec ton cœur, n'apporte rien du monde
Et ne raconte pas ce que disent les gens.

                 arnaga_cambo_les_bains_

 Les jardins

À l'origine dessiné par Rostand lui-même, le parc s'orne de quinze hectares de jardins à la française et à l'anglaise, pavillons, bassins, et au bout d'un long canal, un grand portique encadré de deux pavillons ouverts symétriques qui serait inspiré du monument qui ferme la perspective du parc du palais de Schönbrunn (Autriche), et d'une orangerie de style classique.

Rénové en 2014, avec la restitution de treillage du « Coin des poètes », l'ensemble, qui comprend le jardin à la française, où un pavillon à pergola se reflète dans une pièce d'eau (et où Rostand recevait ses hôtes du haut d'un balcon en déclamant des vers) et sur la partie arrière, un jardin à l'anglaise, fait partie du conservatoire des Jardins et Paysages, association fondée en 19852 et porte le label de jardin remarquable!!.

Afin d'embellir son parc et de profiter rapidement de beaux ombrages, comme d'autres propriétaires disposant d'importants moyens financiers de l'époque, Rostand fit venir de la forêt de Saint-Pée des chênes têtards centenaires pour les planter dans le parc!!

                        villa_edmond_rostand

                                      

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

JEAN DUBUFFET - ART BRUT

MERCI A INESVIGO - musique : Un Ballo in Maschera (1997 - Remaster), Act I: Preludio Artiste : Orchestra del Teatro alla Scala, Milano/Antonino Votto

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juin 2018

GUSTAVE DORE

MERCI A Frederico Custodio - 

                                           Dor__by_Nadar_1867_

Paul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré, né le 6 janvier 1832 à Strasbourg et mort le 23 janvier 1883 à Paris dans son hôtel de la rue Saint-Dominique, fut un illustrateurgraveurbédéistepeintre et sculpteur français. Il a connu la reconnaissance internationale de son vivant.!!

Il meurt d'une crise cardiaque à 51 ans, le 23 janvier 1883, en laissant une œuvre imposante de plus de dix mille pièces, qui exercera par la suite une forte influence sur nombre d'illustrateurs. 

En 1931, Henri Leblanc publie un catalogue raisonné qui recense 9 850 illustrations, 68 titres de musique, 5 affiches, 51 lithographies originales, 54 lavis, 526 dessins, 283 aquarelles, 133 peintures et 45 sculptures. Le musée de Brou à Bourg-en-Bresse, conserve pour sa part 136 œuvres de toute nature (peinture à l'huile, dessins, sculptures).

Dès son enfance, Gustave Doré, doté d'un sens pointu de l'observation, montre un talent singulier pour le dessin. Sa grande curiosité lui permet de multiplier les croquis éclectiques (scènes intimes ou urbaines, mythologiques ou de l'Antiquité). Son imagination fertile se nourrit de lectures et d'inspirations précoces exceptionnelles pour son âge.

Ses premiers albums de dessins connus sont datés de 1842. Influencés par Grandville, des éditions Hetzel, avec Scènes de la vie privée et publique des Animaux paru en 1830, ses albums témoignent d'un professionnalisme étonnant avec la présence de page de titre, de légendes d'illustrations et de tables de matière.

Avec un ton humoristique et vivace, Gustave Doré enchaîne les scènes indépendantes en utilisant l'anthropomorphisme.

.À l'âge de 13 ans, en 1845, trois lithographies issues de ces tableaux bressans imprimées à Bourg, sont ses premières œuvres publiées.

Sa rencontre, en 1845, à Paris avec Charles Philipon, directeur de la maison d'édition Aubert&Cie et fondateur des journaux satiriques La Caricature (interdit par les lois sur la presse de 1835) et Le Charivari est décisive. Charles Philipon propose un contrat de trois ans à Gustave Doré, âgé de 15 ans, lui permettant la réalisation d'une page hebdomadaire de dessins dans le nouveau journal le Journal pour rire conditionnée à la poursuite de ses études et à une rétribution. Gustave Doré a créé 1 379 vignettes pour ce journal.

                           gustave_dor__3

Son espoir en devenant caricaturiste au sein de ce journal est de se faire connaître dans le microcosme parisien pour pouvoir s'imposer plus tard en tant que peintre. Rapidement, il devient le caricaturiste incontournable du journal et se distingue par son innovation graphique et son ironie tranchante. Soucieux de plaire aux milieux intellectuels et aux puissants, il prend garde de ne pas s'aventurer sur le terrain politique ou social pour éviter toute polémique. Ses dessins au journal ressemblent à ceux réalisés par ses collègues.

Il se distingue en revanche dans ses récits en images où se déploie toute son innovation graphique. Durant son enfance, il avait réalisé ce type de projets avec Les Aventures de Mistenflûte et de Mirliflor ou avec Histoire de Calypso.

Son premier album, influencé par Rodolphe Töpffer, Les travaux d'Hercule est lithographié en 1847, en format oblong, par les éditions Aubert&Cie dans la collection des "Jabot" !

Cette série a été inaugurée par une version contrefaite de L'Histoire de Monsieur Jabot et deux titres piratés de Rodolphe Töpffer et des albums de Cham. Comme le précise Thierry GroensteenLes Travaux d'Hercule s'inscrivent « dans la première collection de bandes dessinées de l'histoire de l'édition française ». Cet album montre un trait souple, à la plume et à l'encre lithographique sur la pierre, avec un maximum de trois cases par page et des légendes brèves qui font allusion au comique parodique des dessins. De cet enchaînement de cases, surgissent mouvement, durée et dynamisme. Il connaît vite la célébrité et débute en 1848 au Salon avec deux dessins à la plume !

À partir de 1851, tout en exposant ses toiles, il réalise quelques sculptures de sujets religieux et collabore à diverses revues dont le Journal pour tous. En 1854, l'éditeur Joseph Bry publie une édition des œuvres de Rabelais, illustrée d'une centaine de ses gravures.

De plus en plus reconnu, Gustave Doré illustre, entre 1852 et 1883, plus de cent vingt volumes qui paraissent en France, mais aussi en Angleterre, en Allemagne et en Russie.

             gustave_dore_don_quichotte DON QUICHOTTE

Gustave Doré souhaite déployer son talent dans l'illustration des grandes œuvres de la littérature, souffrant du mépris observé envers la caricature et le dessin d'actualité. Il va lister la trentaine de chefs-d'œuvre dans le genre épique, comique ou tragique de sa bibliothèque idéale en souhaitant les illustrer dans le même format que :

Le Juif errantL'enfer de Dante, les Contes de PerraultDonQuichotteHomèreVirgileAristoteMilton ou Shakespeare... Les éditeurs refusent de réaliser ces publications luxueuses d'un trop grand coût. Gustave Doré doit auto-publier l'œuvre de Dante en 1861. Le succès critique et populaire salue la congruité saisissante des gravures sur le texte. Un critique affirmera que : « L 'auteur est écrasé par le dessinateur. Plus que Dante illustré par Doré, c'est Doré illustré par Dante. »

Dans les années 1860, il illustre la Bible, publiée en 1866 et « L’Enfer de Dante ». Il effectue en 1861 et 1862 un voyage en Espagne avec le baron Jean Charles Davillier. Le récit en sera publié dans la revue « Le Tour du monde », avec des gravures, véritables documents sur la vie quotidienne dans ce pays, ainsi que les corridas. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                             gustave_dor__danteL'ENFER DE DANTE

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:56 - Commentaires [5] - Permalien [#]

02 juin 2018

ENTRETIEN AVEC José Pirès - 2014 - NÎMES

MERCI A Joris Brantuas -   POUR RETROUVER " PISTIL" !!!    Galerie Myartgoesboom - Accueil | Facebook

                   Jos__Pires_pistil  " PISTIL"  MON PREFERE!!!

https://fr-fr.facebook.com/galerie.myartgoesboom/    My Art Goes Boom crée en 2007 - Expositions collectives et personnelles produites en France, Maroc, Espagne!!! Actuellement sur plusieurs lieux à NÎMES ET AVIGNON!!! 
https://fr-fr.facebook.com/jose.pires.1654

                               jos__pir_s_7

José Pirès peint, sculpte, grave, découpe, dessine en silence ou en musique son chant intérieur, son apologie du rêve face à ce qui nous en éloigne.
Sa création emprunte parfois aux mythes et aux symboles cultuels. Sa vision onirique nous ouvre des mondes intimes, l’imaginaire mêlant au souvenir sa part d’infini.
L’artiste explore la matière et les volumes, la forme et la couleur, à la recherche d’une grâce.
Né à Nîmes, franco-brésilien, José Pirès partira faire ses études d'art à Rio de Janeiro avant de revenir aux Beaux-Arts de Nîmes sous l'égide de Claude Viallat.
Ses sujets de créations concernent les mythes, les signes, les symboles et les traces du passé.
La mythologie et les scènes où se côtoient l’homme et l’animal sacralisé sont souvent présentes et forment la trame sensible de son œuvre à visée poético – philosophique, à mi chemin entre la mémoire et l’oubli.!!
                                      jos__Pir_s_6

 


 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mai 2018

CARLOS CHAPMAN - "CONSCIENCE VIVANTE" 2014

UN CINEASTE HUMANISTE COMME J'ADMIRE!!!!!

Une vidéo expérimentale de Carlos Chapman -  Musique de Emakio   http://emakio.com/

https://www.facebook.com/carloschapma...

Carlos Chapman, réalisateur français né le 26 septembre 1985 à Builth Wells (Royaume-Uni), d'origine français et anglais.

Né en 1985 au Pays de Galles, ses parents s'installent en France lorsqu'il est âgé de 6 mois, en avril 1986.

Il grandit à la campagne, en Dordogne. Il fait une seconde et une première au CEPMO, sur l'ïle d'Oléron, de 2001 à 2003.

Il obtient un bac Littéraire en 2004 à Cahors et poursuit des études de psychologie puis Arts du Spectacle en 2005 à l’université de Toulouse-Le-Mirail et 2006 à l’université Stendhal à Grenoble.

En 2006 il commence à travailler pour TéléGrenoble, et il fonde Court Après Tes Rêves à Grenoble.

En 2011, il réalise le court-métrage Je suis un être humain, qui connait un petit succès sur internet

En 2011, il va avec Gaël Derive aux Kiribati et au Bangladesh, sur le tournage du documentaire Une Planète. Une Civilisation

En 2015, il débute le tournage d'un documentaireFuturs Possibles, avec des interviews d'Olivier Lockert et de Bernard Werber 

En 2016, il co-fonde le collectif d’indépendants en production audiovisuelle CQUANDC 

En 2017, il intègre le projet Un Monde Réenchanté    (MERCI A wikimonde.com/)

                       carlos_chapman_realisateur_human

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:37 - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 mai 2018

GASTON CHAISSAC - ART BRUT

MERCI A Patrick Guillot - * musique : Patrick Guillot / avec une participation d'Adam Carpels * lecture d'extraits du livre de Chaissac : "Hippobosque au Bocage" * reproductions des œuvres de Chaissac, et de ses portraits (Doisneau, Ehrmann) extraites du livre : "Gaston Chaissac / Poète rustique et peintre moderne" Editions Actes Sud / Musée de Grenoble!!

Gaston Chaissac, né le 13 août 1910 à Avallon (Yonne) et mort le 7 novembre 1964 à La Roche-sur-Yon (Vendée), fut un peintre et poète français.

Il est également connu pour ses nombreuses correspondances, mais aussi textes et poèmes publiés entre autres à la NRF et dans Les Cahiers de la Pléiade!!

https://www.gaston-chaissac.org/

chaissac

Chaissac et l’art brut

Les relations entre Gaston Chaissac et Jean Dubuffet ont été pour le moins tumultueuses, mais hautement symptomatiques de l’histoire et de l’évolution de l’art brut.

Chaissac est très tôt intégré à la collection de Dubuffet, et exposé dès 1948 avec les autres créateurs du Foyer de l’art brut (qui deviendra la Compagnie de l’art brut, puis la Collection de l'art brut). Mais en 1963 est créée la seconde Compagnie de l’art brut, au moment du retour de la collection d’Amérique. Dubuffet doit alors revoir les fondements idéologiques qui définissent l’art brut, ce qui aboutit à la création d’une « Collection annexe » (qui prendra le nom définitif de Neuve Invention en 1982) dans laquelle il place Chaissac :

« Le silence et le secret restent pour Jean Dubuffet les fondements inhérents à la véritable production artistique ; le créateur autodidacte œuvre pour son propre usage, sans aspirer à la communication ni à la diffusion de ses travaux. Dubuffet pousse alors sa théorie socio-esthétique à ses limites et dénonce la contradiction existant entre la production d’art et la reconnaissance sociale. »

« Vous ne pouvez pas être un créateur et être salué par le public de ce titre. […] Il faut choisir entre faire de l’art et être tenu pour un artiste. L’un exclut l’autre. »— Lettre à Pierre Carbonel

Dubuffet retire alors quelques créateurs du groupe de l’art brut et transfère leurs productions dans les collections annexes – tel est le cas pour Gaston Chaissac, Philippe Dereux et Ignacio Carles-Tolra.

Plus que tout autre, le transfert de Chaissac a été et reste un sujet de polémique. Nombreux sont ceux qui ont accusé Dubuffet de l’avoir enrôlé dans l’art brut, de l’avoir pillé et plagié pour finalement le renier en le reléguant dans les collections annexes. Dans un premier temps, Dubuffet a vu en Chaissac l’homme du commun créateur, cette figure essentielle de sa conception philosophique et artistique. Puis il a révisé son jugement, tenant compte non seulement du bagage culturel de Chaissac mais aussi de sa connaissance et de ses liens toujours plus importants avec la vie parisienne. Chaissac est « trop informé de ce que font les artistes professionnels »!! (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                                    Gaston_Chaissac

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:37 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 mai 2018

LES DINOSAURES DE JURASSIC WORLD - A PARIS

MERCI A Expo in the City -  UNE SORTIE A NE PAS MANQUER A PARIS!!

CITÉ DU CINÉMA Du 14 avril au 2 septembre 2018 - 20, rue ampère, 93200-93210 Saint-Denis

Les dinosaures du film, les vrais, dans leurs vrais décors, font halte à la Cité du Cinéma de Luc Besson.

Découvrez les coulisses du film, guidés par les rangers du parc.T-Rex, Bracchiosaures, Velociraptors... 

                                        fallen_kingdom_2018

DERNIER FILM DE LA SERIE EN 2018 : "Jurassic World: Fallen Kingdom"  

Film américain réalisé par Juan Antonio Bayona, dont la sortie est prévue en 2018. Il s'agit du cinquième volet de la série cinématographique Jurassic Park, librement adaptée des romans de Michael Crichton. Il fait suite à Jurassic World de Colin Trevorrow sorti en 2015

Synopsis : Un volcan se réveille sur Isla Nublar et menace les dinosaures laissés en liberté sur l'île à la suite de l'incident survenu dans Jurassic World. Owen, Claire et le riche anglais Lockwood vont organiser une expédition pour tenter de les sauver pour les transférer vers une autre île afin d'éviter leur disparition. Mais Owen et Claire découvriront qu'ils se sont fait berner par Lockwood qui dévie le transfert des dinos vers sa propriété située en Angleterre pour mettre les dinosaures aux enchères. Mais ils devront aussi affronter une autre menace : un nouvel hybride, l'Indoraptor.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:31 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 mai 2018

DELACROIX ET BEAUDELAIRE - DOCUMENTAIRE 1959

MERCI A ÉCLAIR BRUT - Voici la publication du samedi, jour dédié aux poètes français de la Modernité : Documentaire réalisé, en 1959, par Georges Régnier, avec les musiques de Chopin et de Listz, et les voix de Michel Bouquet et de Pierre Marteville.

Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie française. Site internet : http://www.arthuryasmine.com/

Le reste des archives offertes par Arthur Yasmine : http://ow.ly/Zqubf

Notice : 'Les Fleurs du Mal' ont fait quelque peu oublier que Baudelaire fut critique d’art. C’est à ce titre qu’il a jugé et célébré l’œuvre de Delacroix, même s’il en parle en poète.

L’œuvre du grand peintre romantique est présentée à travers la vision qu’en eut Baudelaire dont les propres paroles tiennent lieu de commentaire. Baudelaire et Delacroix sont de la même famille spirituelle ; c’est le même monde d’imagination que l’un et l’autre dépeignent, un monde très romantique où la Fatalité est toujours présente et qui reflète l’éternelle douleur.

Delacroix nous entraîne avec Baudelaire à travers un univers de violence et de sang où la griffe des fauves répond au glaive et au poignard, où les visages humains empreints d’une insondable tristesse semblent se refermer sur un mystérieux secret. Film appuyé sur les écrits de Baudelaire, étudiant le regard du poète sur l'œuvre du peintre à partir des tableaux suivants : "Virgile aux enfers", "Autoportrait", "Mort de Sardanapale", "Massacre de Chio", "Entrée des Croisés à Constantinople", "Femmes d'Alger", "Le Doge de Venise", "La Barricade", "Le Turc", "Lutte de Jacob avec l'ange".

[RAPPEL des jours de publication : - Lundi : modèles antiques (poètes de la Bible, de la Grèce ou de la Rome antique) ; - Mardi : poésie médiévale ; - Mercredi : poètes de la Renaissance ; - Jeudi : poètes de l'Âge classique et baroque ; - vendredi : inspirations étrangères (du Dolce stil novo à la Beat Generation) ; - samedi : poètes de la Modernité ; - dimanche : poésie contemporaine ou vivante.]

[Rien n’est monétisé sur cette chaîne. Si vous gérez les droits relatifs au présent contenu, si vous souhaitez sa suppression, écrivez donc cette adresse : lesplisduvoleur@gmail.com. Le propriétaire se chargera gentiment d’appliquer vos réclamations.] #baudelaire #romantisme!!

                      beaudelaire_delacroix

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]