LE BLOG DE FANFG

28 mai 2017

BONNE FÊTE A TOUTES LES MAMANS DU MONDE!

Jean-Pierre MARRO

Fête des Mamans avec des Fleurs et des Poèmes. 
Fête des Mères pour toutes les Mamans du monde.

BONNE FÊTE MAMAN
Comment te dire «Je t'aime» sinon avec des fleurs.
Je les ai choisies pour toi qui réside en mon cœur
Il y a plein de couleurs comme dans un arc-en-ciel
Et leur parfum s'envole vers toi, mon ange éternel
Tu es maman chérie, le plus tendre des poèmes
Tu es celle qui a doublé mes joies et effacé mes peines
Qu'il était bon maman, de me blottir dans tes bras
Tu es la seule, l'unique, tu es ma maman à moi
Et JE T'AIME.

                                        f_te_des_mamans 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2017

EMIL NOLDE

MERCI INESVIGO - 

Emil Nolde, né Hans Emil Hansen le 7 août 1867 à Nolde (de)Schleswig-Holstein et mort le 13 avril 1956 à Seebüll, fut un peintre expressionniste et un aquarelliste allemand.

La partie la plus connue de son œuvre reste ses tableaux de style expressionniste. Ses thématiques sont variées, allant du religieux aux paysages. Quelques thèmes sont plus développés, comme la danse ou les masques.

Emil Nolde a également souvent peint à l'aquarelle où il mêle aux couleurs étendues d'eau de l'encre de Chine ou de la craie. Il utilise particulièrement ces techniques durant la Seconde Guerre mondiale où il peint plus de 1300 œuvres.

Le peintre a eu une activité importante de gravure dont la lithographie. Ses premiers essais remontent à 1907. À partir de 1913, il peint directement sur la pierre, aboutissant aux œuvres les plus achevées. Il s'adonne également à l'eau-forte et à la gravure sur bois. Il n'a cependant guère poursuivi son œuvre gravée au-delà de 1926, même s'il existe une série de six planches datant de 1937. Une seule toile en France: Nature morte aux danseuses, 1914, au Musée national d'art moderne, centre Georges Pompidou. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                                     nolde_coquelicot

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2017

LA TOSCANE - ITALIE

MERCI ALAIN HAMON -  UNE DESTINATION POUR RÊVER LE PARADIS!!

La Toscane (Toscana en italien) est une des régions d'Italie, située au centre-ouest du pays et dont la capitale est Florence.

Musique : 

  • "Piano Sonata No. 19 in G minor, Op. 49 No. 1 - Rondo: Allegro" de Abdel Rahman El Bacha 

Si ce n'est la plus belle, c'est peut-être la plus "émouvante" région du monde (cf F. Braudel). La Toscane, c'est bien sûr ses villes d'art (Florence, Sienne, Arezzo) où éclate partout le génie des artistes de la Renaissance (Michel Ange, Piero della Francesca, Fra Angelico...) et sur lesquelles planent les ombres intemporelles de Dante et de Bocacce.

Ce sont aussi les collines au sud de Sienne et de Volterra, piquetées en leur sommet de petits bourgs assoupis ou de fermes typiques que joignent des routes blanches enguirlandés de cyprès élancés.

Ce sont encore les environs de Florence ou le Chianti, enjolivés de châteaux et demeures somptueuses, entourés de vignes, et d' oliviers. C'est enfin ses 350 kms de plages, ses montagnes du nord, et ses carrières de marbres...

La Toscane est une symphonie de couleurs. C'est la magie des brumes matinales au fond des vallées, ses forêts de chênes rouvres et de pins, ses lauriers roses, ses champs de coquelicots, ses vignes en automne, ses oliviers.. C'est l'accueil sympathique des Toscans, ce sont aussi les artisans qui travaillent l'albâtre, façonnent la terre cuite; les petits restaurants où l'on savoure la délicieuse et traditionnelle cuisine toscane, qu'accompagnent les vins du terroir.

Chacun puise en Toscane ce qu'il veut, mais tout le monde en revient un peu différent, plus serein, avec dans la tête un rêve éternel de Toscane."

photos : Alain Hamon Destination Italie : www.destination-italie.net, locations de vacances en Toscane Blog Destination Toscane

LA TERRE DES ETRUSQUES :

Les Étrusques sont apparus comme civilisation au VIIIe siècle av. J.-C. où  ils sont parvenus, au VIe siècle av. J.-C., à l'apogée de leur civilisation. Ils furent absorbés par Rome au I er siècle av. J.-C..

L'Étrurie, le territoire de leur dodécapole régionale, correspondait approximativement aux limites de l’actuelle Toscane.

Grâce à une puissante flotte qu’ils s'étaient constituée, les Étrusques établirent avec l’Orient (GrèceChypreSyrie...), la Gaule, l’Espagne et l’Afrique (Carthage), des échanges commerciaux, exportant le fer et le cuivre toscan, important des tissus, des bijoux, de l’ivoire, de la céramique, etc. Ils cherchèrent à étendre leur domination vers le sud où, durant la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C., ils occupèrent le pays latin. Ils s’installèrent sur le site de Rome, qui pendant plus d'un siècle, fut gouverné par des rois originaires d'Étrurie, les Tarquins.

Vers le début du VIe siècle av. J.-C., ils s'aventurèrent en Campanie, mais se heurtèrent aux Grecs, installés en Italie du sud (ou Grande-Grèce). Au nord, ils essaimèrent vers la fin du VIe siècle av. J.-C., dans une grande partie de la Plaine du Pô, y fondant notamment Bologne (alors appelée Felsina), ainsi que le port de Spina (aujourd’hui dans le delta du ), d'où ils pouvaient contrôler le commerce de l'Adriatique.

L'Étrurie formait une fédération de douze « cités-états » groupées en dodécapole, et nommées lucumonies car gouvernées par un roi appelé « Lucumon », dont l’union demeura plus de nature religieuse que politique.

À la fin du VIe siècle av. J.-C.Tarquin le Superbe, dernier des rois de Rome fut chassé. Au début du siècle suivant, les Étrusques, ainsi coupés de la Campanie, tentèrent en vain d’atteindre celle-ci par voie de mer et se firent définitivement battre par les Grecs. Menacées au III e siècle, leurs cités tombèrent une à une devant la puissance grandissante de Rome : la chute de leur capitale religieuse, Velzna, en 265 av. J.-C., marque la fin de leur indépendance.

Finalement, il faut retenir de cette brillante civilisation leur art raffiné qui témoigne de leur ingéniosité, et leurs nombreux apports à la civilisation romaine.!!

(SUITE SUR WIKIPEDIA)

L'église San Michele in Foro, à Lucques, est située au centre du forum antique, sur la place San Michele.

                                 San_Michele_Lucca

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 mai 2017

MARIE LAURENCIN

 MARIE LAURENCIN  ARTISTE DE MAINTS TALENTS -  Musique :  OFFENBACH

Marie Mélanie Laurencin, née le 31 octobre 1883 dans le 10e arrondissement de Paris et morte le 8 juin 1956 dans le 7e arrondissement de la même ville, fut une artiste-peintre figurative française, mais aussi  graveurillustratrice, écrivain et portraitiste  étroitement associée à la naissance de l'art moderne.

Décoratrice de ballets néoclassiques ambitionnant, à l'instar de son admirateur Max Jacob, une transgression des genres artistiques, elle a été également une épistolière à la fantaisie déconcertante et a composé des poèmes en vers libres, indissociables, dans le cours de son processus de création, de l'expression picturale des scènes fantasmatiques qu'elle représente.

En 1907, elle rencontre l'écrivain, poète Guillaume AppolinaireIls entretiendront une relation chaotique et orageuse durant sept ans.

Condisciple de Georges Braque, créature d'Henri-Pierre Roché, muse de Guillaume Apollinaire, disciple d'Henri Matisse soutenue par André Derain, amie de Pablo Picasso jusqu'à leur rupture, et amante de Nicole Groult, Marie Laurencin a fait de son style, qualifié de « nymphisme », un dépassement indémodable tant du fauvisme que du cubisme et de sa vie une œuvre emblématique autant d'une révolution artistique que de la libération de la femme

Ostracisée dès le début de la Grande guerre pour avoir épousé un étranger pacifisteOtto de Waetjen, elle ternit durant l'Occupation une gloire internationale, qu'elle avait retrouvée dans l'entre-deux-guerres, par des mondanités qui lui vaudront d'échapper de peu au sort des femmes tondues. Si la critique, obnubilée par son expression féminine d'un désir qui renvoie à l'enfance, ne l'exonère pas d'une sensibilité d'apparence facile sans nette évolution, sa vie comme sa peinture ont suscité de nouveau l'intérêt depuis que le chanteur Joe Dassin l'a évoquée en 1975 dans son plus grand succès populaire, L'Été indien.

Adulée au Japon, très peu exposée en France, il faut toutefois attendre 2011 pour qu'une biographie de Bertrand Meyer-Stabley explore sa part d'ombre et le printemps 2013 pour qu'une exposition parisienne la fasse redécouvrir au grand public.

Antithèses des cauchemars de Goya, dont les portraits féminins furent son seul idéal, ses aquarelles vives et ses glacis pastel répètent indéfiniment le mystère ambigu et hallucinant de princesses et de bêtes féeriques, de fleurs et d'adolescentes androgynes à la pâleur irréelle. En une réminiscence des fêtes galantes de Watteau, son trait fluide saisit l'instant extatique d'une pose dansante par leurs regards muets comme ceux d'un masque.!!

Marie Laurencin a laissé  plus de mille huit cents huiles, portraits compris, soit, sur une cinquantaine d'années, une moyenne de près de trois par mois, dont les suivantes.

Le catalogue Laboureur, qui n'est pas exhaustif, compte cent six gravures et lithographies, dont certaines en plusieurs versions. Le catalogue Marchasseau, plus récent, porte ce nombre à deux cent quatre-vingt-quinze.

(SA VIE ET SON PARCOURS D'ARTISTE: SUR WIKIPEDIA)

                                  laurencin   

 

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:44 - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 mai 2017

NORMAN ROCKWELL -

MERCI KAROLA   -    NORMAN ROCKWELL (1894-1978) 

Norman Rockwell, né à New York le 3 février 1894 et mort le 8 novembre 1978 à Stockbridge (Massachusetts), fut un illustrateur américain.

Peintre figuratif de la vie américaine du XXe siècle, il est célèbre pour avoir illustré de 1916 à 1960 les couvertures du magazine Saturday Evening 

Post

L'art de Norman Rockwell se situe dans une période charnière de l'histoire de l'illustration. Il est l'héritier de la tradition américaine du XIXe siècle et tout particulièrement de Howard Pyle, qui en fut l'un des plus importants représentants par ses livres d'aventures et qui l'influença très profondément. Dans la continuité de Joseph Christian Leyendecker, sa peinture est représentative d'une nouvelle manière qui s'imposera avec l'essor des magazines illustrés entre les années 1920 et 1950. Il fait la synthèse entre ces deux courants et, par son style précis et méticuleux, il annonce l'hyperréalisme

Outre Pyle et Leyendecker, Norman Rockwell fut influencé par des maîtres de l'art occidental : VermeerFrans HalsChardin, pour leurs scènes d'intérieurs, ainsi que les peintres Meissonier et Gérôme pour le travail sur les détails minutieux, ou le portraitiste John Singer Sargent. On trouve aussi des réminiscences de Winslow Homer dans ses illustrations de Tom Sawyer.

Les illustrateurs anglais de l'époque victorienne ont eu aussi une grande influence, tels ceux des ouvrages de Charles Dickens ou de Lewis CarrollHablot Knight BrowneArthur Rackham et John Tenniel. À son tour, Norman Rockwell influencera nombre d'illustrateurs.

Le style de Norman Rockwell a été qualifié de storyteller (narratif). Comme illustrateur, il faisait en sorte que ses œuvres soient en parfaite correspondance avec les textes qu'il illustrait (c'est le cas de Tom Sawyer). Pour ses couvertures de magazines, chaque détail avait un rôle dans la narration de la scène. Son travail a évolué d'un naturalisme hérité du XIXe siècle à une peinture plus précise dans sa période la plus prolifique. Il use aussi de la caricature pour accentuer le caractère comique de certaines situations.

(SUITE WIKIPEDIA)  

                                 norman_rockwell

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mai 2017

GERARD DOU - 1613/1675

GERARD DOU (1613-1675) Dutch Baroque painter - Musique  II. Largo - Vivaldi

Gérard Dou ou Gerrit Dou ou Dow, né le 7 avril 1613 à Leyde et mort le 9 février 1675, fut un artiste-peintre néerlandais.

Il est le principal représentant de l’école de Leyde, dite de la « peinture fine » (Fijnschilderei), dont la technique s'apparente à la miniature (enluminure). Formé par Rembrandt, il est si proche du style de son maître que l’on attribue certaines œuvres à un travail commun entre les deux artistes. Les tableaux de Gérard Dou ont la particularité d’être toujours de petit format, dans un style extrêmement minutieux, représentations de scènes souvent surmontées d’un encadrement en forme d’arc en trompe-l'œil.

Fils et élève d'un graveur sur verre, il apprit aussi la gravure sur cuivre et la peinture sur verre, avant de devenir en 1628, le premier élève de Rembrandt. Il avait alors quinze ans et Rembrandt seulement vingt-deux.

Après son départ pour Amsterdam en 1631-1632, Rembrandt renonça au fini de ses premières œuvres, adoptant une manière plus libre. Dou, en revanche, poursuivit dans la même veine miniaturiste, puisant souvent dans les couleurs brillantes de la peinture sur verre. Sa technique, proche de l'émail, lui value une renommée internationale, mais il déclina l'invitation de Charles II qui lui proposait de s'installer en Angleterre. Il préféra rester dans sa ville natale où il fonda l'école des fijnschilders (peintres fins), constituée en guilde à partir de 1648, et qui perdurera jusqu'au XIXe siècle. Il préférait peindre sur des panneaux de bois qui offraient une surface plus lisse que la toile, et se servait d’une loupe pour le fini des détails!.

Il forma Frans van Mieris de Oudere et Gabriel Metsu.

Dans Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, le Nautilus est décoré de peintures dont des Vernet : « Les diverses écoles des maîtres anciens étaient représentées par une madone de Raphaël, une vierge de Léonard de Vinci, une nymphe du Corrège, une femme du Titien, une adoration de Véronèse, une assomption de Murillo, un portrait d’Holbein, un moine de Vélasquez, un martyr de Ribeira, une kermesse de Rubens, deux paysages flamands de Téniers, trois petits tableaux de genre de Gérard Dow, de Metsu, de Paul Potter, deux toiles de Géricault et de Prud'hon, quelques marines de Backuysen et de Vernet. » (chapitre IX)

Dans La Peau de chagrin de Balzac, lorsque le jeune Raphaël de Valentin flâne dans la mystérieuse boutique d'antiquaire, un vieil homme (le propriétaire) surgissant de nulle part lui fait l'effet d'une apparition magique (c'est d'ailleurs lui qui lui remettra la terrible peau de chagrin). Dans cette atmosphère fantastique, le narrateur fait le portrait du vieillard au physique marqué : « Son large front ridé, ses joues blêmes et creuses, la rigueur implacable de ses petits yeux verts dénués de cils et de sourcils, pouvaient faire croire à l'inconnu [Raphaël] que le Peseur d'or de Gérard Dow était sorti de son cadre. Une finesse d'inquisiteur trahie par les sinuosités de ses rides et par les plis circulaires dessinés sur ses tempes, accusait une science profonde des choses de la vie. Il était impossible de tromper cet homme qui semblait avoir le don de surprendre les pensées au fond des cœurs les plus discrets. » On retrouve Dou dans le vaisseau du corsaire de La Femme de trente ans, comme exemple du raffinement : « ...un Gérard Dow eclipsait un Drolling... ». (WIKIPEDIA)

                                 gerrit_dou_authentication_2

Posté par LE BLOG DE FANFG à 11:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 mai 2017

LA PROVENCE - LES BEAUX VILLAGES PERCHES

POUR CEUX ET CELLES QUI AIMENT "LES VIEILLES PIERRES" - MERCI A LACLEFDEVOUTE!!

Souvent perchés à flanc de colline, regroupant ses maisons autour d'un château, les villages provençaux, dressés tels des sentinelles, dominent les plaines et les vignobles. Ils offrent une vue imprenable sur des paysages à couper le souffle. Ces anciennes places fortes aux rues escarpées conservent un patrimoine historique d'une grande richesse : châteaux, églises, vestiges médiévaux, portes seigneuriales, beffrois, veilles demeures bourgeoises, etc.
Les villages perchés ont été bâtis essentiellement dans un but défensif. Effectivement, ayant majoritairement été construits au Moyen-Âge, ces villages avaient pour objectif de résister aux incursions des nombreux pillards et aux envahisseurs. Bâtis avec des pierres du pays, les habitations se serrent les unes contre les autres et forment ainsi un rempart en entourant l'église ou le château qui les domine. De configuration escarpée, les rues étroites en pentes, entrecoupées d'escaliers, constituent un embryon de labyrinthe pour mieux résister à l'éventuel envahisseur.

À la fin du XVe siècle avec la paix retrouvée, les villageois commencèrent à descendre de leur perchoir pour gagner les plaines où l'eau était plus abondante pour se reconstruire selon les normes d'un urbanisme mieux adapté aux besoins de l'époque.

Pourtant, aujourd'hui le coeur médiéval de ces villages bat toujours grâce à ceux qui y vivent, à la volonté des communes qui les entretiennent, aux artistes et artisans qui les animent et aux amoureux d'histoire qui parcourent leurs rues en pente et leurs places ombragées à la recherche du temps passé.

saumane_de_Vaucluse   SAUMANE DE VAUCLUSE

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:35 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 mai 2017

SARLAT - CITE MEDIEVALE

MERCI A LACLEFDEVOUTE 

LA CLEF DE VOÛTE.: Sarlat est sans doute l'une des villes médiévales les plus attractives et les plus visitées en France. Elle possède un ensemble urbain médiéval parmi les plus importants du monde. Capitale du Périgord noir, aux confins des causses du Quercy, Sarlat est un site touristique majeur, renommé pour son grand centre historique contenant d'innombrables bâtiments datant essentiellement de la période médiévale et du début de la Renaissance (XIIIe au XVIe siècle).

Le vieille ville de Sarlat, limitée par l'ancien tracé du rempart dont les fossés furent transformés en boulevards, présente un assemblage de ruelles étroites et de venelles pittoresques, de placettes ombragées, bordées d'hôtels particuliers coiffés de toits de lauze. Sarlat constitue un ensemble homogène de grande qualité, caractérisé par l'emploi d'un matériau local, la pierre calcaire du coniacien, d'une couleur ocre-jaune, appelée la pierre blonde.

Depuis plus de mille ans, la ville s'est développée autour d'une importante abbaye bénédictine établie par des moines de l'ordre de Saint-Benoît. Devenu un grand centre de pèlerinage au XIIe siècle, le monastère est reconstruit dans le style roman. La Lanterne des Morts aurait été élevée pour commémorer le miracle des pains que Bernard de Clairvaux aurait accompli lors de son passage à Sarlat en 1147.

Le diocèse de Sarlat est créé en 1317, en même temps que plusieurs autres diocèses catholiques de la région aquitaine, suite à la victoire des forces royales françaises sur les armées cathares albigeoises. L'ancienne abbaye bénédictine Saint-Sacerdos devient le siège du nouvel évêché créé par le pape Jean XXII. Les évêques, remplaçant les abbés, et les consuls se partagent le pouvoir jusqu'à la Révolution. Ils administrent Sarlat où se bâtissent de beaux édifices romans puis gothiques montrant la prospérité de cette ville marchande.

Devenue cité épiscopale, Sarlat joue un rôle prééminent lors de la guerre de Cent Ans. Réserve d'hommes d'armes, de munitions et de vivres, la ville fortifiée est également défendue par les châteaux situés aux alentours : Beynac, Castelnaud... Elle peut aussi porter secours à d'autres villes assiégées par les Anglais : Belvès, Domme, Montignac. Elle devient cependant anglaise à la suite du Traité de Brétigny en 1360. Elle se rallie au roi de France dix ans plus tard lorsque le connétable du Guesclin repousse les Anglais.

Après les guerres de Cent Ans, de Religion et de la Fronde, du XIVe au XVIIe siècle, la ville retrouva son âge d'or grâce à la noblesse de robe, ces hauts magistrats qui exerçaient la justice royale au Présidial. Les nobles, les évêques et les riches bourgeois profitèrent de la manne royale et rivalisèrent d'originalité pour bâtir de nouvelles belles demeures, plusieurs munies d'une tour, symbole de noblesse.

L'architecture trouve un nouvel élan dans la Renaissance. A côté des demeures gothiques s'élèvent les hôtels particuliers du XVIe siècle dont la maison de La Boétie est l'exemple le plus connu. La Renaissance s'exprime également dans les idées humanistes d'Étienne de La Boétie, enfant de Sarlat, parlementaire de grand renom à Bordeaux et surtout grand ami de Michel de Montaigne.

Aujourd'hui, la ville de Sarlat détient le record d'Europe de bâtiments classés au mètre carré avec 253 immeubles, 18 monuments classés et 59 monuments inscrits, sur seulement 11 hectares.Si Sarlat bénéficie de cette image, c'est en grande partie parce qu'elle fut restaurée grâce à la loi Malraux de 1962.

 

                                    Sarlat

 Sarlat-la-Canéda, communément appelée Sarlat, est une commune du sud-ouest de la FranceSous-préfecture et bureau centralisateur de canton du département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, elle compte 9 127 habitants en 2014, et est au centre d'une aire urbaine de 19 651 habitants. Ses habitants sont appelés les Sarladais(es).

 Capitale du Périgord noir, aux confins des causses du Quercy, cette cité historique est un site touristique majeur, renommé pour sa parure monumentale datant essentiellement de la période médiévale et du début de la Renaissance (XIIIe au XVIe siècle). Son centre-ville, d'une grande homogénéité, est ainsi composé d'un lacis de ruelles et de venelles pittoresques, de placettes ombragées, bordées d'hôtels particuliers aux toits de lauze dont les plus célèbres sont la maison de La Boétie, l'hôtel du Barry, l'hôtel de Savignac ou encore le présidial. Centre névralgique de la ville, la place de la Liberté, bordée de terrasses, est le siège du marché, où se vendent les spécialités de la région : foie grastruffesfigues et noix. Dans son prolongement, s'ouvrent en perspective la cathédrale Saint-Sacerdos et le palais des évêques, qui rappellent que Sarlat a été cité épiscopale pendant plusieurs siècles.

Cette petite cité périgordine, visitée par plusieurs centaines de milliers de touristes chaque année, sert également ponctuellement de cadre à des films historiques. (WIKIPEDIA)

                         grotte_du_sorcier__sarlat Visite pour la Grotte du Sorcier 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 11:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 mai 2017

ROCAMADOUR - UNE CITE SANCTUAIRE

MERCI A LA CLEFDEVOUTE - 

Rocamadour (en occitan Ròcamador ou Ròc Amadori) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département du Lot, en région Occitanie. Elle appartient à la micro-région touristique de la Vallée de la Dordogne.

Au cœur du Haut-Quercy, comme accrochée à une puissante falaise dominant de 150 mètres la vallée encaissée de l'Alzou, cette cité mariale est un lieu de pèlerinage réputé depuis le xiie siècle, fréquenté depuis le Moyen Âge par de nombreux « roumieux », anonymes ou célèbres (Henri II d'AngleterreSimon de MontfortBlanche de Castille et Louis IX de Francesaint Dominique et saint Bernard, entre autres figures illustres), qui viennent y vénérer la Vierge noire et le tombeau de saint Amadour.

Rocamadour, « citadelle de la Foi », est également un site touristique de premier plan, l'un des plus visités de France avec 1,5 million de visiteurs par an, après Le Mont-Saint-Michel, la cité de Carcassonne, la Tour Eiffel et le château de Versailles.

La cité médiévale, aux ruelles tortueuses, est gardée par une série de portes fortifiées (porte Salmon, Cabilière, de l'Hôpital, du Figuier). Un escalier monumental, que les pèlerins gravissaient (et gravissent parfois encore) à genoux conduit à l'esplanade des sanctuaires, où se côtoient la basilique Saint-Sauveur, la crypte Saint-Amadour (classées au patrimoine mondial de l'humanité), les chapelles Sainte-Anne, Saint-Blaise, Saint-Jean-Baptiste, Notre-Dame – où se trouve la Vierge noire – Saint-Louis et saint-Michel. L'ensemble est dominé par le palais des Évêques de Tulle3. Un chemin de croix conduit au château et à la croix de Jérusalem, où a été aménagé un belvédère.

Préhistoire

Rocamadour et ses nombreuses grottes abritaient déjà des hommes au Paléolithique comme le montrent les dessins de la grotte des Merveilles. La grotte de Linars et son porche ont servi de nécropole souterraine et d'habitat à l'âge du bronze. Les vestiges sont déposés au musée de Cabrerets et dans le hall de la mairie de Rocamadour.

À l'âge du fer, le peuple des Cadurques arrive d'Allemagne moyenne. Au VIIIe siècle av. J.-C., ils colonisèrentl'actuel département du Lot à l'aide de leurs armes en fer. Les restes d'un village, dans la vallée de la Salvate près de Couzou, ont été retrouvés lors de travaux. Un oppidum perché sur les hauteurs de la vallée de l'Alzou, en aval de Tournefeuille, est peut-être lié à la lutte des Gaulois contre les troupes romaines lors de la guerre des Gaules!!

Rocamadour possède un pèlerinage très ancien à la Vierge Marie sous l'apparence d'une Vierge noire dont le corps était autrefois couvert de plaques d'argent, puis d'un manteau, comme Notre Dame du Puy ou Notre Dame de la Daurade à Toulouse. Cette statue est dans l'une des chapelles dans les sanctuaires à pic, sur les gorges de l'Alzou

C'est aussi ici que selon une version, l'épée de RolandDurandal, aurait été transportée par l'archange saint Michel.

En août 2016, le sanctuaire a fêté les 850 ans de la découverte du corps intact de saint Amadour. Après le pèlerinage annuel qui se tient du 22 au 25 août, les fidèles pourront de nouveau se recueillir devant les reliques du saint de façon permanente! (SUITE DUR VIKIPEDIA)

                                     Rocamadour_

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mai 2017

PROMENADE A NEMAUSUS - (NÎMES)

Le film d'animation "Promenade à Nemausus" est une restitution de la ville antique au IIe siècle de notre ère. Réalisé à partir des données archéologiques, il rassemble et interprète les connaissances et les résultats de la recherche actuels. Les images restituent des monuments disparus (arc de triomphe, porte de Cadereau, théâtre, sanctuaire de la Source) et replacent dans le contexte urbain les monuments encore en élévation

Nîmes est une commune du sud-est de la Francepréfecture du département du Gard en région Occitanie. Ses habitants se nomment les Nîmois.

Située entre la mer Méditerranée et les montagnes des Cévennes, la ville se trouve sur l'axe très fréquenté reliant la basse vallée du Rhône à la plaine languedocienne. Peuplée de 151 075 habitants au 1er janvier 2014, la ville de Nîmes connaît en période estivale un afflux notable de touristes venus visiter ses monuments et participer à ses férias et festivals.

La fondation de Nîmes remonte à l'Antiquité. De la période romaine, Nîmes conserve des monuments tels que les arènes, la Maison Carrée ou encore la tour Magne au pied de laquelle se situe le site du sanctuaire de la Fontaine. Ce riche passé antique lui vaut le surnom de « Rome française ». Ville à la fois romaine, camarguaise, cévenole, languedocienne, provençale et hispanique, fief protestant depuis le XVIe siècle et centre de production de tissus à partir du XVIIIe siècle, avec notamment la toile denim, Nîmes possède une culture et une histoire abondantes et reste une ville à forte identité.

La valorisation de son patrimoine historique, culturel et architectural a permis à la ville d'obtenir le label de Ville d'art et d'histoire. Depuis 2012, date de son inscription sur la liste indicative française, Nîmes travaille son dossier de candidature sur le thème « Nîmes, l'Antiquité au présent » pour l'inscription de la cité bimillénaire au patrimoine mondial de l'UNESCO!

Époque pré-romaine

Strabon et Pline rapportent qu’une peuplade celte se serait établie dans la région et aurait fondé, sur le territoire de la ville de Nîmes, l’antique capitale des Volques Arécomiques. Cette dernière devint maîtresse de vingt-quatre bourgs considérables. Durant l'âge du fer (II  -VIIIe – av. J.-C.), Nîmes constitue l'un des principaux oppida de la Celtique méditerranéenne.

À Nîmes, les Volques Arécomiques s'installent près de la source de la Fontaine. Là, au pied du mont Cavalier, un sanctuaire se crée et la source est divinisée. C'est à cette époque qu'est notamment édifiée la tour Magne, au sommet du mont Cavalier, qui sera plus tard intégrée à l'enceinte romaine.

(SUITE SUR WIKIPEDIA)

                                   mus_e_beaux_arts_n_mes MUSEE DES BEAUX ARTS DE NÎMES

.

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:17 - Commentaires [3] - Permalien [#]