LE BLOG DE FANFG

09 décembre 2018

ANTOINE BOURDELLE

MERCI A Francis C - DEJA POSTEE IL Y A DEJA 5ANS MAIS J'AIME!!!!

MUSIQUE :  (Musique Beethoven - concerto pour piano n°1 - 2ème mouv)

C'est dans l'atelier de son père, artisan sculpteur sur bois, qu'Antoine Bourdelle découvre la sculpture.

En 1880, Antoine Bourdelle fréquente l'école des Beaux-Arts de Toulouse et en 1884 celle de Paris. Il présente au Salon un buste et exécute pour sa ville d'origine, Montauban, "Le monument aux morts" auquel il travaille 6 années durant.

Elève de Rodin, il s'éloigne du style du maître pour se rapprocher de la sculpture antique et médiévale. Formé d'abord à Montauban puis à Toulouse, Bourdelle travaille ensuite comme praticien chez Rodin. Une admiration et une estime réciproques unissent les deux hommes, même si la volonté de synthèse et la construction par plans de Bourdelle s'opposent bientôt au modelé analytique de Rodin.

A partir de 1905, Bourdelle cherche des lignes simplifiées : "Contenir, maintenir, maîtriser, voilà l'ordre des constructeurs", répétait-il à ses élèves. Il puise désormais une bonne part de ses sujets dans la mythologie comme dans l'Héraklès archer qui lui permet de transposer ses recherches à grande échelle. Selon ses propres termes, l'Apollon fut "entrepris dans le sens de maîtriser là tout le plus pur de ma vision profonde, laissant bien loin tous les élans passés, je fis arriver sur la forme, au-delà du sang, de l'os, du cartilage et des muscles humains, la structure ambiante des forces". !!

EXPOSITION : Exposition du 4 octobre 2017 au 4 février 2018 Musée Bourdelle - (Paris) www.bourdelle.paris.fr

                       Antoine_Bourdelle_

Antoine Bourdelle, né Émile Antoine Bordelles le 30 octobre 1861 à Montauban , et mort le 1er octobre 1929 au Vésinet,  fut un sculpteur français.

  • À Paris, le musée Bourdelle se situe au 16, rue Antoine-Bourdelle dans les anciens ateliers qu'il occupa de 1884 à 1929, dans le 15e arrondissement de Paris. Ce musée a été inauguré en 1949 et agrandi une première fois en 1961, à l'occasion du centenaire de sa naissance, avec la construction du grand hall (1959-1961). Puis une nouvelle aile du musée, construite par l'architecte Christian de Portzamparc entre 1989 et 1992, a été inaugurée le 21 octobre 1992. Le musée Bourdelle a mis de nombreuses œuvres en dépôt à la Fondation de Coubertin, à Saint-Rémy-lès-Chevreuse(Yvelines).
  • À Montauban, la ville expose une partie des œuvres de l'artiste, environ 70 sculptures, dans une salle du musée Ingres.
  • Le musée Toulouse-Lautrec d'Albi abrite un important fonds d'œuvres de Bourdelle.
  • À Égreville (Seine-et-Marne), un musée de plein air, le jardin-musée Bourdelle d'Égreville, consacré à Antoine Bourdelle, présente un ensemble de 56 sculptures. C'est une réplique en plein air du musée installé dans son ancien atelier parisien, dans laquelle les bronzes originaux s'intègrent aux parterres dessinés dans l'esprit des broderies des jardins à la française.
  • À Yongin (Corée du Sud), le musée d'art Ho-Am a consacré son jardin aux sculptures de cet artiste.
  • (TOUTE LA SUITE SUR WIKIPEDIA)
  • Bourdelle HERAKLES ARCHER 1909

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2018

MUSEE DES BEAUX ARTS A DIJON - FRANCE

MERCI A SuperChrisger - Situé dans le palais des ducs et des États de Bourgogne, le musée des beaux-arts de Dijon est l’un des plus anciens de France. L’héritage des ducs lui vaut de présenter des chefs-d'œuvre de la fin du Moyen Âge.

Ses collections, issues à la fois de la période fondatrice de la Révolution française et de la curiosité des collectionneurs, invitent aux découvertes les plus variées de l’art égyptien au XXIe siècle.

SITE OFFICIEL : https://beaux-arts.dijon.fr/

               mad_slide_2017com0704_0

Le musée des beaux-arts de Dijon est l'un des plus importants, l'un des plus beaux et l'un des plus anciens musées de France. Situé au cœur de la ville, il occupe l'ancien palais ducal, siège au XVe siècle de l’État bourguignon. Lorsque le duché est rattaché au royaume de France, le palais devient le logis du roi, puis se transforme au XVIIe siècle en palais des États de Bourgogne, sur un projet de Jules Hardouin-Mansart.

Depuis 2006, le musée fait l'objet d'une rénovation totale et d'un agrandissement. Ce projet s’étend sur 13 ans jusqu'au 17 mai 2019, en trois tranches dont le premier parcours rénové « Moyen Âge — Renaissance » a été inauguré le 7 septembre 2013.

Aujourd'hui, les collections du musée sont parmi les plus riches des musées français. De l'Antiquité à l'art contemporain, de la peinture aux arts décoratifs en passant par les dessins et les sculptures, toutes les formes d'art sont représentées au sein des quelque 130 000 œuvres conservées.

Les collections médiévales sont sans doute les plus remarquables, par leur qualité et leur quantité. Si le musée est surtout connu pour les tombeaux des ducs de Bourgogne, présentés au sein de la grande salle du palais, ceux-ci ne doivent pas faire oublier les autres points forts des collections, que sont les portraits funéraires du Fayoum (datant de l'Égypte romaine) ou les chefs-d'œuvre de la peinture européenne de la Renaissance au XIXème siècle (Le TitienGuido ReniPhilippe de ChampaigneEugène DelacroixThéodore GéricaultEdouard Manet ou encore Claude Monet).

Les artistes bourguignons, parfois méconnus en dehors de leur région d'origine malgré leur importance, sont particulièrement mis en valeur : c'est ainsi que le musée peut présenter des ensembles riches et cohérents pour Pierre-Paul Prud'honFrançois RudeJean-Baptiste Lallemand ou encore Félix Trutat, mort à 24 ans alors qu'il était l'un des portraitistes français les plus prometteurs de sa génération.

Concernant le XXe siècle, la Seconde École de Paris constitue le point fort de la collection, autour des œuvres de Nicolas de StaëlMaria-Helena Vieira da Silva et Charles Lapicque. L'art d'aujourd'hui n'est pas oublié : le musée conserve ainsi plusieurs œuvres de Yan-Pei Ming.!

Inscrit dans des limites physiques strictes du fait de sa cohabitation, au sein du palais des ducs de Bourgogne, avec certains services de la mairie de Dijon, le Musée des beaux-arts n'expose de façon permanente qu'une petite partie de ses riches collections (17 %).

Afin de pallier cet inconvénient majeur, un projet d'agrandissement a été décidé en 2001 puis lancé en 2006, après plusieurs années de concertations. L’objectif de ce très vaste chantier est de mieux présenter les collections dans un monument restauré et mis en valeur, d’exposer plus d’œuvres (1 000 de plus qu'auparavant) et accueillir, dans des conditions plus agréables et plus confortables, tous les publics.

Les Ateliers Lion Architectes Urbanistes, lauréats du concours, ont été choisis pour réaliser ce projet ouvert sur la ville en trois tranches ainsi que l'architecte Eric Pallot. La nouvelle identité visuelle du musée fut confiée à l'atelier graphique parisien Polymago. Le nouveau logotype présente deux lettres B entrelacées, emblème de Philippe Le Bon, en quatre couleurs différents représentant les quatre parcours du musée.

Le 7 septembre 2013, après 7 ans de travaux, a été inauguré le premier parcours rénové « Moyen Âge et Renaissance », qui couvre la période allant du Ve au XVIème siècle. Le chantier de rénovation va se poursuivre jusqu'à la réouverture complète le 17 mai 2019, avant veille de la Nuit des musées.

En effet, dès 2015 la deuxième puis la troisième tranche de travaux ont été mises en route. Elles vont permettre d'aménager une librairie plus spacieuse et de restaurer et réaménager les salles déjà existantes où sont exposées les œuvres datant du XVIIe au XXe siècle ainsi que la Tour de Bar.

À terme, le musée des beaux-arts de Dijon pourra offrir à ses visiteurs des services à la hauteur d'un grand musée moderne comme une boutique librairie, des dispositifs de médiation dignes du XXIe siècle, un accueil dans des espaces réaménagés et dimensionnés à la mesure de l'établissement, une brasserie et sera accessible aux personnes à mobilité réduite.!! (TOUTE LA SUITE SUR WIKIPEDIA)

       La_salle_des_tombeaux_vue_depuis_le_balcon_des_musiciens

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 décembre 2018

BITHO FAUSTIN - PEINTRE HAITIEN

 MERCI A Bitho faustin -  MUSIQUE : Ma Suile Folie - Artiste :  Djakout Mizik

 bitho_faustin REGARD SUR LE VERITE

Né le 1er /sept. / 1983 à Port-au-Prince HAITI

Dès son plus Jeûne Age il manifestait un certain désir pour le dessin.
Toute au long sa vie ses talents se confirmaient en commençant à cotiser le pinceau (autodidacte)

En 1998 il a fait sa première rencontre avec un dénommé Mously Lacroix, un Jeune Peintre du quartier avec lequel sa vie d’Artiste va prendre une nouvelle tournure.
Lacroix lui a imposé un style qui a permis à exprimer les origines et les leçons de la vie en formes et en couleurs. Il a extériorise notre passage sur terre, peu importe sa durée dans un monde autant difficile qu’enrichissant.

Participations:

En 2003 il a participé à un concours organisé par (ANDC) Académie nationale Diplomatie et Consulaire sous thèmes concours des Jeunes Peintres Haïtiens où il obtenu la seconde place.
En cette même année il a participé a une Exposition qui avait lieu a champs de mars à l’occasion de la journée mondiale de la jeunesse organisée par la (SEJSSC) Secrétairerie d’Etat à la Jeunesse aux Sports et au service Civic Actuel (Ministère de la jeunesse, des Sports et de l’Action Civic).

En 2008 il a participé à une exposition organisée par l’ambassade de Venezuela en Haïti.
En 2010 il a participé à une Exposition organisée par (HPSP) (the Haitians people’s support project) à New YORK.
En 2010 il s’est integer dans Les Ateliers Hermantin avec lesquels il a réalisé des pièces Sculpturales et de Fresques tant à la Capitale que dans les Ville de provinces.
En 2011 il a participé à un concours organisé par (OMS /OPS) Organisation Mondiale de Santé sous thème Santé Familiale où il a occupé le deuxième rang a ce concours.
En 2013 il a participé à une exposition à vlalue Pétit-Gôave sous thème: foie de la Montagne et à Fort Royal.
En 2014 il a gagné le concours Organisé par (Karibe Hotel).
En 2015 il a participé au Carifesta avec la FAPADECH.
En 2016 il a Participé a une exposition à Caraibean art Gallery Dorchester Boston
En 2016 il a fait une Exposition á Petion ville Galerie à Maryland Washington 
2016 participation au vernissage FEMMES DÉBÈNES Organisé par Pinceau Lakay á Montréal Canada 
En 2017 il a participé à une exposer à Kennedy Center Washington DC
en ce même année 2017 il a participé à une exposition à Harvard University Boston

             la_musique_en_liberte_peinture_30x24x24_cm_2015_par_bitho_faustin_art LA MUSIQUE EN LIBERTE

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2018

SCULPTURES BIZARRES DANS LE MONDE!!!!!!!

MERCI A Vellapanti - 

Nos villes sont pleines de monuments majestueux, sculptures magnifiques et statues artistiques, chacun ayant une histoire à raconter.

Des milliers d’entre eux ont été réalisés, mais seulement quelques-uns d’entre eux sont vraiment extraordinaire et une image surprenante.

(Source : Bored Panda)

ETRANGE ET INSOLITE: SITE OFFICIEL : https://jack35.wordpress.com/

            sculpture_bizarre 

         TRANS Ī RE PAR FREDRIK RADDUM (COPENHAGUE, DANEMARK)

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

LE SARCOPHAGE DES EPOUX DU LOUVRE - PARIS

MERCI A SCRIBE ACCROUPI!!! -

    carte_italie_antique CARTE ITALIE ANTIQUE

LES ETRUSQUES sont un peuple qui a vécu dans le centre de la péninsule italienne depuis la fin de l'âge du bronze jusqu'à la prise par les Romains de Velzna en 264 av. J.-C..

Ils étaient d'abord connus des Grecs sous le nom de Tyrrhéniens ou « Tyrsènes  » qui a été donné à la mer, si l'on en croit l'historien grec Denys d'Halicarnasse.

L'origine des Étrusques fait l'objet de débats animés depuis la Renaissance entre partisans d'une thèse autochtone et ceux d'une origine orientale. Un relatif consensus s'est établi, suivant en cela Massimo Pallottino. La majorité des étruscologues considère que l'autochtonie est compatible avec des apports orientaux divers et qu'il serait vain de poursuivre ce débat : si l'écriture étrusque, empruntée aux Grecs, se lit sans problèmes, la langue qu'elle véhicule n'est pas indo-européenne et sa connaissance reste fort lacunaire. Il est possible que l'origine des étrusques résulte de l'installation en Italie de Pélasges venus de Grèce (voir, entre autres, la légende de la fondation des villes de Jesi et de Orte) qui se seraient associés aux autochtones rencontrés, créant ainsi un nouveau peuple.

L'histoire de cette civilisation antique s'étend sur plus d'un millénaire. L'archéologie témoigne d'une culture villanovienne s'étendant du début du Xe à la fin du VIII siècle av. J.-C., mais les textes historiques la concernant font défaut. Elle se caractérise par l'ascension d'une série de cités prospères entretenant des échanges culturels et commerciaux avec divers peuples méditerranéens, puis par leur progression militaire vers le sud, contrôlant la modeste Rome qui sera gouvernée durant un siècle par des rois étrusques, et fondant les colonies de Capoue et Pompei.

La puissance étrusque décline à la suite de batailles perdues contre Cumes et Syracuse, dont profitent des tribus Celtes pour envahir la plaine du Pô, et des tribus Samnites pour envahir la Campanie. Ce déclin continue avec la conquête progressive que commence la République romaine. En 17 av. J.-C., l'ensemble du territoire étrusque, devenu la Regio VII, est incorporé dans le découpage administratif de l'Italie romaine.

La puissance militaire des Étrusques se manifeste notamment sous la forme d'importantes forces navales et d'une infanterie composée de guerriers ayant adopté un armement hoplitique et la formation d'unités en phalange grecque. Les cités, bénéficiant d'une architecture avancée, possèdent pour la plupart de solides enceintes et des positions géostratégiques fortes.

Le territoire originel des Étrusques, l'Étrurie, correspond approximativement à l'actuelle Toscane, au tiers nord du Latium et au nord-ouest de l'Ombrie. À leur apogée, au cours de la période dite archaïque, leur emprise s'étend de la plaine du Pô à la Campanie. Les cités étrusques forment à l'origine une confédération de 12 villes, la dodécapole, à laquelle se seraient ajoutées par la suite deux autres confédérations, la dodécapole padane au nord et la dodécapole campanienne, ainsi que plusieurs colonies ou comptoirs en Ligurie, en Gaule cisalpine et en Corse.

Chacune de ces cités est dirigée par un zilath, l'équivalent d'un roi.

Les terres étrusques, riches en minerais métallifères et bénéficiant de conditions naturelles favorables aux cultures, permettent de développer une industrie et une agriculture florissantes. Leurs produits sont exportés dans l'ensemble des territoires italiques, mais également vers les marchés celtesphéniciens, carthaginois et italo-grecs.

La société étrusque est de type hiérarchique et oligarchique, comprenant des hommes libres et des esclaves. Au cœur de cette société, la femme étrusque est mise en valeur et semble jouir de droits en tous points égaux à ceux de l'homme. Globalement, les auteurs grecs et romains assimilent le mode de vie étrusque à une culture marquée de langueur et de plaisirs ; il s'agit, selon ces auteurs, de la truphè.

La diversité et la richesse des tombes obéissent aux nombreux rites funéraires en vigueur suivant les périodes de la civilisation.

Les Étrusques, en intégrant les apports des Grecs, des Phéniciens et des Égyptiens, ont développé un art particulièrement riche et des disciplines intellectuelles comme la médecine, l'urbanisme et la divination (etrusca disciplina).

Absorbée et assimilée au début de la période impériale, la culture issue de l'ancien peuple toscan n'en demeure pas moins présente. L'apport des Étrusques aux Romains est très important, et ce dès le premier roi romain d'origine étrusque, Tarquin l'Ancien, qui ordonne la construction de la Cloaca Maxima, de la Muraille Servienne et du Temple de Jupiter capitolin ainsi que, fort probablement, tout le panthéon des dieux et déesses grecques. La Louve capitoline est, selon la tradition, une œuvre étrusque.! (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                      etrusques_livre

Vase_plastique_Etrusque VASE CANARD ETRUSQUE (IVème siècle)

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 novembre 2018

CHAPELLE SAINTE EUGENIE A NÎMES

FACADE STE EUGENIE A NÎMES   Sainte_Eug_nie_N_mes

 N_mes_Ste_Eug_nie08 LE COEUR!!

                                     N_mes_Ste_Eug_nie03

SITE OFFICIEL : http://www.nemausensis.com/Nimes/SteEugenie/SteEugenie.htm

SITE PATRIMOINE : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.

La chapelle Sainte-Eugénie est une chapelle catholique de la ville de Nîmes, dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Elle est inscrite monument historique depuis 2009

Bien que nous ne connaissions pas la date de construction précise de l'église, un cartulaire du chapitre cathédral de Nîmes datant de 956 mentionne déjà son existence. Il nous permet ainsi d'affirmer qu'il s'agit de la plus vieille église nîmoise encore en activité.

La chapelle est desservie par la Paroisse cathédrale pour la forme ordinaire et par l'Institut du Christ-Roi Souverain Prêtre qui célèbre la liturgie dans la forme extraordinaire conforme au Motu proprioSummorum Pontificum du 7 juillet 2007 du Pape Benoît XVI.

De son origine médiévale cette petite église a conservé une nef avec une voûte en berceau supportée par des arcs doubleaux et quatre dalles funéraires du XIIe siècle.

Le chœur a été reconstruit en 1654 avec une voûte sur croisée d'ogives. La façade occidentale a été refaite en ciment moulé à la fin du XIXe siècle dans un style néo-roman, après que l'église fut rendue au culte à partir de 1877.

De cette période date l'ensemble décoratif du chœur de style néogothique, classé monument historique au titre objet depuis le 29 septembre 19702, et seul élément digne d'intérêt de l'aménagement intérieur avec les dalles funéraires médiévales et celle de 1660, ainsi que quelques luminaires anciens. (WIKIPEDIA)

              eug_nie

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 novembre 2018

MARGO SELSKI

MERCI A VERTIGO- - MUSIQUE : O, tysta ensamhet (O, quiet solitude) - Artiste : Martin Bagge

            margo

SITE OFFICIEL : http://www.margoselski.com/artist-statement.html

Margo Selski est titulaire d'une maîtrise en beaux-arts de l'Université du Minnesota. Elle a également reçu une maîtrise en art pour enfants de l'Université d'État de New York à Brockport. Son baccalauréat est de Berea College. Elle est peintre en studio à temps plein depuis 1994. Son style de peinture reflète celui des chefs-d'œuvre flamands du nord. Les personnages imaginaires sont rendus dans des détails complexes figés au milieu du geste dans des espaces sans air. Son but est d'explorer le mystérieux en juxtaposant des images du mythe et de la réalité.Thématiquement, son travail aborde la maternité, l’amour familial, la permanence, l’impermanence et la fragilité de l’enfance et de la vie. Le sujet des peintures communique un désir sous-jacent de sécurité et de stabilité dans un monde menaçant.

Margo intègre une nouvelle technique pour obtenir un effet ancien (ou même hors du temps). Au cours de ses études supérieures au Minnesota, elle a concocté une recette de faux “craquelures pour imiter la peinture de la Renaissance. Initialement, chaque peinture à l'huile est recouverte de cire d'abeille et elle utilise des outils dentaires pour gratter les fissures dans la surface avant de déposer de la peinture à l'huile dans les crevasses. Ce processus, qui prend beaucoup de temps, peut être répété trois ou quatre fois sur le même tableau, mais il vaut la peine de s'y intéresser lorsque le résultat final est que «Jan Van Eyck a fait un petit voyage dans le terrier du lapin».

Ses peintures à l'huile et à la cire d'abeille ont été présentées dans plusieurs expositions personnelles, notamment le Plains Art Museum, le Illinois Central College, l'Art Institute International Minnesota, l'Université du Minnesota, la Saint Cloud State University, le Augsburg College, le Rochester Museum et l'Art Center , et l'Institut d'art de Minneapolis. Reconnue pour son excellence, son travail a été récompensé par de nombreux prix et distinctions. Il a été rassemblé dans divers musées, notamment le Plains Art Museum, le Tweed Museum, le Fredrick Weisman Museum et le Contemporary Museum of Art au Colorado. En 2004/2005, elle a reçu une subvention du Conseil des arts du Minnesota et, en 2005, de la subvention d’exposition d’artistes du Minnesota par l’intermédiaire de la Jerome Foundation.

1995- 1998 Maîtrise en dessin et peinture aux beaux-arts à l'Université du Minnesota, Minneapolis, Minnesota 

1992 Maîtrise en éducation artistique interdisciplinaire SUNY Brockport, New York 

1987 BA Studio Art et éducation artistique, Berea College, Berea Kentucky 

            margo_selski

                                       SURREALISME RENAISSANCE

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 novembre 2018

FRANCISCO GOYA

MERCI A Jean Mineraud - Francisco Goya annonce l'art contemporain.

El tres de mayo de 1808 en Madrid, La Maja desnuda, Caprichos, Pinturas negras et Desastres de la Guerra préfigurent l'expressionnisme.

Pour son évolution constante tout au long de sa carrière, ses plongées dans l'inconscient et ses arrière-pensées sociales, Francisco Goya est aujourd'hui considéré comme l'un des principaux fondateurs de la peinture moderne...

Sources : Les Fantômes de Goya - Milos Forman Dictionnaire universel de la peinture - Le Robert Wikipedia the free encyclopedia Jean Mineraud - Les dessous du visible!!

                      francisco_goya

Francisco José de Goya y Lucientes, dit Francisco de Goya, né le 30 mars 1746 à Fuendetodos, près de Saragosse, et mort le 16 avril 1828 à Bordeaux, en France, fut un peintre et graveur espagnol. Son œuvre inclut des peintures de chevalet, des peintures murales, des gravures et des dessins. Il introduisit plusieurs ruptures stylistiques qui initièrent le romantisme et annoncèrent le début de la peinture contemporaine. L’art goyesque est considéré comme précurseur des avant-gardes picturales du XXe siècle.

Après un lent apprentissage dans sa terre natale, baigné dans le style baroque tardif et les images pieuses, il voyage en Italie en 1770, où il entre en contact avec le néo-classicisme qu’il adopte lorsqu’il s’installe à Madrid au milieu de la décennie, en parallèle avec un style rococo lié à son emploi de dessinateur de tapisserie pour la manufacture royale Santa Barbara. Son enseignement, tant dans ces activités que comme peintre de la Chambre, était assuré par Raphaël Mengs, alors que le peintre espagnol le plus réputé était Francisco Bayeu, beau-frère de Goya.

Il contracte une grave maladie en 1793 qui le rapproche de peintures plus créatives et originales, autour de thèmes moins consensuels que les modèles qu’il avait peints pour la décoration des palais royaux. Une série de tableaux en fer-blanc, qu’il nommait « caprice et invention », initient la phase de maturité du peintre et la transition vers l’esthétique romantique.

Son œuvre reflète de plus les caprices de l’histoire de son temps, et surtout les bouleversements des guerres napoléoniennes en Espagne. La série d’estampes Les Désastres de la guerre est presque un reportage moderne sur les atrocités commises et met en avant-plan un héroïsme où les victimes sont des individus qui n’appartiennent ni à une classe ni à une condition particulière.

La célébrité de son œuvre La Maja nue est en partie liée aux controverses sur l’identité de la belle femme qui lui servit de modèle. Au début du XIXe siècle, il commence également à peindre d’autres portraits et ouvre ainsi la voie à un nouvel art bourgeois. À la fin du conflit franco-espagnol, il peint deux grandes toiles sur le soulèvement du 2 mai 1808 qui établissent un précédent tant esthétique que thématique sur les tableaux historiques, qui non seulement informe sur les événements vécus par le peintre, mais également lance un message d'humanisme universel.

Son chef-d’œuvre est la série de peintures à l’huile sur mur sec qui décorent sa maison de campagne, les Peintures noires. Avec elles, Goya anticipe la peinture contemporaine et différents mouvements avant-gardistes du XXe siècle. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

             francisco

GOYA_EN_MADRID_

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2018

MUSEE OSSIP ZADKINE¨- PARIS ET AUX ARQUES

MERCI A Musées Parisiens à découvrir -  Ce lieu à la fois atelier et musée est créé en 1978 par l'épouse d'Ossip zadkine, Valentine Prax. L'artiste désirait léguer à la Ville de Paris son oeuvre et son atelier. Le musée ouvre ses portes en 1982. 

N.B. : Le film a été réalisé en 2008, il est possible que des modifications aient été apportées au bâtiment. Les présentes images peuvent ne plus refléter l'aspect actuel du musée.

Adresse : 100bis Rue d'Assas, 75006 Paris

          ossip_zadkine_2

MERCI A Esprit Lot - Le Musée Zadkine aux Arques

Ossip Zadkine, né le 4 juillet 1890 à Vitebsk (dans l'Empire russe, aujourd'hui en Biélorussie) et mort le 25 novembre 1967 à Paris, fut un peintre, sculpteur français d'origine russe, établi en France en 1910.

Il est considéré comme l'un des plus grands maîtres de la sculpture cubiste. La production artistique de Zadkine s'échelonne sur un demi-siècle et comprend plus de quatre cents sculptures, des milliers de dessins, aquarelles et gouaches, des gravures, des illustrations de livres et des cartons de tapisserie!

En France, deux musées sont consacrés à Zadkine. Le premier est situé aux Arques dans le Lot où l'artiste vécut à partir de 1934. C'est là que seront créées des sculptures qui compteront parmi les plus importantes de son œuvre!

 Parmi les œuvres présentées aux Arques : le projet de Monument pour une ville bombardée; de grands bois tels qu'OrphéeDiane, la Piéta et le Grand Christ, créés dans ce village; des bronzes : Formes fémininesTrio musicalArlequin hurlant… sont des œuvres originales que le musée Zadkine de Paris a déposé à celui du Lot, apportant ainsi une dimension supplémentaire à cette réalisation.

Le second musée se trouve au 100 bis rue d'Assas à Paris, dans la maison que Zadkine occupait, et qui, selon ses vœux, a été légué à la ville et transformée en musée Zadkine par son épouse Valentine Prax.

Dans ce musée se trouve la majeure partie des sculptures de l'artiste, du cubisme à l'abstraction.

(SUITE SUR WIKIPEDIA)

zadkine_odalisque_ou_bayadc3a8re_1enviedailleurs_com superbe odalisque!!

 

 

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2018

UKRAINE - KIEV ET SES CATHEDRALES

MERCI A joelyvon - De toutes les capitales européennes, Kiev occupe une place de choix pour son patrimoine historique et architectural superbe et remis en valeur par des rénovations entreprises depuis quelques années. Ce premier diaporama présente trois des plus grands monuments religieux de Kiev, les trois splendides cathédrales dédiées à St Michel, Ste Sophie et enfin St Vladimir. 

MUSIQUELyrical Dance - The Terem Quartet - The Terem Quartet (Terem)

Kiev (en ukrainien : Київ /ˈkɪjiu̯/KyïvKyiv ; en russe : КиевKiev ; en polonais : Kijów /ˈkʲijuf/) est la capitaleet la plus grande ville d'Ukraine. C'est aussi la capitale de l'oblast de Kiev et l'une des plus anciennes villes de Ruthénie (au sens large). Elle comptait 2 845 023 habitants en 2013.

Kiev se trouve sur la rivière Dnipro, au Nord-Ouest du pays. La date exacte de la fondation reste inconnue. Les fouilles archéologiques donnent lieu de croire que Kiev est devenu une ville à la fin de IXe siècle.

Kiev a été la capitale de Ruthénie, de la principauté de Kiev, du grand-duché de Ruthénie, de la République populaire ukrainienne, de l’État ukrainien et de la République socialiste soviétique d'Ukraine. Kiev a été aussi le centre administratif du grand-duché de Ruthénie, de la voïvodie de Kiev, du gouvernement de Kiev, du district général de Kiev pendant la Seconde Guerre mondiale et de l'oblast de Kiev.

La ville est un des plus anciens centres de l'Europe de l'Est et du christianisme. La cathédrale Sainte-Sophie et la laure des Grottes de Kiev sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

    kiev_pechersk_lavra_monastery Monastère Pechersk Lavra de Kiev

 

Posté par LE BLOG DE FANFG à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]