Un court panorama de ces groupes et de quelques travaux qui y furent montrés donnera une idée plus précise de ce mouvement.

Premier des groupes recensés, en 1972, La Spirale tournait autour de Charlotte Calmis, qui a organisé des réunions et une exposition intitulée Utopie et féminisme. Elle-même artiste, elle réalisait des peintures abstraites et au cours de ces années de militance artistico-politique réalisa des collages donnant à voir sa place au sein de la cité. Elle s'y représentait morcelée, le visage éclaté en une multitude de facettes. Des phrases écrites à l'aide de découpages de lettres de journaux venaient en

résonnance à ce sentiment de perte de repères et d'investissement de la place publique. Appartenant à ce groupe, citons aussi la peintre Jeanne Socquet, une des premières à écrire sa colère dans un livre intitulée La création étouffée. Certains de ses tableaux mettaient en scène des femmes à l'allure conquérante.
femme_dans_la_cit___Charlotte_Calmis Charlotte CALMIS

Jeanne_Socquet___atelier Atelier à ce jour de Jeanne SOCQUET

Féminie-Dialogue, créé en 1975, est un groupe issu du plus vieux des salons de femmes existant en France, l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs, dont la fondation remonte à 1881 et qui permit l'ouverture de l'école des Beaux-Arts aux femmes en 1896. Christiane de Casteras a fait scission pour mettre en place ce nouveau salon, rénové et rajeuni dans ses choix, et en a été la principale actrice durant presque trente ans. L'une des originalités de ce groupe est d'avoir soutenu des oeuvres de femmes travaillant à partir du textile, en un détournement de leur apprentissage culturel. Elles étaient soutenues en ce domaine par l'une des rares critiques d'art féministe de ces années, Aline Dallier. Les expositions annuelles comptaient des centaines d' oeuvres. En parallèle à leurs travaux individuels, Christiane de Casteras et Andrée Marquet ont travaillé en commun à la réalisation de sculptures souples, faite du recyclage de vieux vêtements chargés d'affectivité. Utilisant leurs compétences en couture, elles rendirent hommage avec La grand-mère au travail domestique et d'élevage des enfants effectué gratuitement par les femmes, et qui les use. Milvia Maglione exécutait de grands draps où elle cousait divers instruments de ces activités réservées aux femmes, dont l'un s'intitule Mythologie féminine.
   Milvia_Maglione___autoportrait Autoportrait de Milvia MAGLIONE
Fondé la même année, Femmes en lutte, animé par Dorothée Selz, reflète par son histoire les dissensions régnant au sein des groupes féministes, puisqu' il s'est fédéré en réaction au groupe précédent, estimant que le fait qu'exposer sous l'égide de l'Unesco reflétait un emprisonnement et nuisait à la liberté des oeuvres exposées. Le groupe ne réalisa pas d'expositions d' oeuvres individuelles, mais tenta un coup de poing en exposant au Salon de la Jeune Peinture un assemblage collectif de sacs de poubelles et autres slogans dénonçant les conditions de vie des femmes et des artistes.
colonne_comestible_Expo_BELGIQUE_2007_D_SELZ Expo "comestible" Belgique  Dorothée SELZ
EROTIQUE_Doroth_e_Selz Série "érotique" Dorothée SELZ
Le Collectif Femmes/Art s'est formé l'année suivante, suite au refus de Suzanne Pagé, alors directrice de l'Arc, de réaliser une grande exposition de femmes, qui selon les participantes avait été commanditée et était prête. Dans le cadre de ce collectif eurent lieu des performances engagées. Ce ne fut pas la seule activité de ce groupe et il comptait aussi de nombreuses artistes travaillant, par exemple, autour de l'inscription du temps dans le dessin. Lors d'une journée d'actions en 1978, Françoise Janicot et Léa Lublin réalisèrent chacune une intervention féministe. La première avait réalisé dès 1972 une performance intitulée l'Encoconnage, qui consistait en un enroulement de la tête aux pieds dans une corde, jusqu'à l'étouffement, voulant montrer la situation oppressante dans laquelle elle vivait en tant que mère, femme et artiste. Elle se libérait ensuite lentement de sa chrysalide et prenait son envol, débarrassée de ses anciens carcans. La seconde collecta des idées reçues au sujet des femmes et des plasticiennes, les inscrivit sous forme de questions en lettres d'imprimerie sur une grande banderole, à la manière de celles des manifestations, et conduisant la procession du public jusqu'à la Seine, elle la jeta par-dessus bord, diluant ainsi symboliquement ces offenses d'un autre âge. Je citerais aussi le travail de Gina Pane, féministe qui n'a pas appartenu aux groupes, mais qui a exercé une profonde influence sur ce type de travail. Elle préparait ces actions pendant des mois, puis les réalisait devant un public restreint. Action sentimentale fut effectuée en 1973 devant un public exclusivement composé de femmes. Elle mettait en jeu les douleurs liées au romantisme des femmes, mêlant une implication physique (elle s'enfonçait des épines de roses dans le bras jusqu'au sang) et une beauté visuelle voulue interrogeant la différence entre l'image édulcorée de l'amour qu'on veut nous montrer habituellement et les vécus réels qui se cachent derrière les roses.
     Fran_oise_Janicot_cocoun Françoise JANICOT
LEA_LUBLIN Léa LUBLIN
La revue Sorcières, créée en 1977, était la seule revue consacrée exclusivement à la culture des femmes. Elle éditait des numéros thématiques qui étaient accompagnés de reproductions d'oeuvres d'artistes. Il faut noter ici la présence de Lou Perdu, dont le travail à partir de la collecte de poupées cassées et démembrées se retrouve dans d'autres travaux de l'époque. Jouant comme modèles de leurs identités en souffrance, ces artistes se servaient de ce support pour mettre en scène leurs vécus et en dénoncer la violence. Cette angoisse se retrouve dans le travail de peinture de Dominique d'Acher, qui mettait au monde des créatures aux yeux grands ouverts sur le monde, mais pris dans une sorte d'effroi. De même, les sources journalistiques de faits divers utilisés par Sabine Monirys dans ses peintures hyperréalistes donnaient à voir un monde de solitude et d'angoisse, où la menace rôde partout. Montrer ces aspects-là des conditions de vie des femmes n'est pas anodin. Cela nous sort du cliché de la  femme douce pour nous confronter à une réalité de violence qu'elle possède tout autant qu'elle subit. Dans une recherche sur les constituants du féminin, le travail vidéo commun de Katarina Thomadaki et Maria Klonaris explorait leurs rapports à elles-mêmes et à leurs mémoires corporelles et psychiques de femmes. Elles allièrent toujours ce travail à des débats avec le public, pour faire comprendre leurs recherches et comprendre les réactions suscitées.

GRRR Sabine MONIRYS

MONIRYS Sabine MONIRYS

Katarina_Tomadaki__1977 Katarina TOMADAKI 1977

En 1977, avant l'exposition des Singuliers de l'art à l'Arc, s'est formé Singulières/Plurielles, animé par Ody Saban. Elles avaient exposé au Salon de la Jeune Peinture et mettaient en valeur le travail d'autodidactes. La fusion à d'autres artistes liées à Nicole Millet verra la naissance du groupe Art et Regard des Femmes. L'originalité de ce groupe réside dans la mise en place d'un lieu d'exposition permanent ainsi que l'organisation d'ateliers de formation à un regard différent et féminin, organisés aussi bien par des scientifiques que des artistes, en une recherche globale sur la vie et l'art. Judith Wolf, qui réalisait de grands collages abstraits, et Ody Saban ont exposé lors de la première exposition dans ce local. Une performance de cette dernière, la lecture de textes écrits à cette occasion par la poète Annie Vasseur, la musicienne Neige et d'autres intervenantes accompagnèrent pendant une semaine l'exposition. Ody Saban montra là deux longs rouleaux emplis d'aquarelles en un continuum coloré explosif mêlant écriture et dessins. Ils évoquaient dans un désordre fourmillant de scènes la société et la vie intime, traités avec humour et révolte, faisant une grande place aux corps et aux vécus de femmes et montrant les prémices d'un érotisme imbriquant les corps des amant/e-s les un/e-s aux autres.
Les_B_tisseurs_de_l_amour__ODY_SABANLes bâtisseurs de l'amour" Ody SABAN

PRAZsurArly__ODY_SABAN "Praz sur Arly" Ody SABAN

Ce tour d'horizon ne serait pas complet sans la mention de quelques artistes n'ayant pas participé aux groupes, mais qui ont effectué un travail féministe. En 1972, Annette Messager réalisait un ensemble de photos retouchées intitulé Les tortures volontaires, résumé des mille et une tortures esthétiques que s'infligent les femmes afin de correspondre aux stéréotypes de beauté édictés par la société du moment. Les instruments utilisés étaient tellement déshumanisés qu'elle transforma ce quotidien en une scène de science-fiction. Orlan, également, qui fit scandale en 1976 en vendant des Baisers d'artistes à la Fiac, déguisée en madone au sein dévoilé, interrogeant là le rapport entre catholicisme, prostitution et vie d'artiste femme. Notons enfin les gigantesques Nanas de Niki de Saint-Phalle qui prenaient place dans la cité, et saluons son courage à avoir dévoilé l'inceste dont elle a été victime, et dont elle a fait un livre préventif destiné aux enfants. Ses tirs à la carabine et sa terrible Mariée des années 1960 sont de même précurseurs de ces courants de révolte féministe qui ont fait bouger la place attribuée aux femmes sur la scène artistique et plus largement dans les consciences.
annette_messager Anette MESSAGER
NIKI_DE_ST_PHALLE Niki_de_St niki de st.Phalle "Les nanas"
ORLAN_1 ORLAN
Orlan  ORLAN
Au regard de toute cette activité, qu'elle soit militante pour une meilleure situation des plasticiennes sur la scène artistique ou/et qu'elle décortique des stéréotypes du féminin, on peut se demander pourquoi l'histoire de l'art n'a pas retenu ce mouvement et ne lui a pas accordé la place de choix qui lui revient dans l'évolution des mentalités et l'ouverture du monde de l'art aux femmes. Il semble bien que les femmes qui s'investissent aujourd'hui dans le domaine de l'art soient redevables à ces pionnières d'une situation un peu plus dégagée quant à leur statut et plus libre quant au contenu de leurs travaux. Il leur reste à se battre pour que la situation s'améliore encore, car tout est loin d'être gagné.!!!!!