MERCI INESVIGO  - 

Théo Tobiasse, né Tobias Eidesas le 26 avril 1927 à Jaffa alors en Palestine mandataire et mort le 3 novembre 2012 à Cagnes-sur-Mer en France, fut un Artiste peintregraveurdessinateur et sculpteur français!!

Théo Tobiasse montre très tôt des dispositions pour le dessin et la peinture, et lors d’une visite à l’Exposition spécialisée de 1937 tenue à Paris, il est émerveillé par La Fée Électricité de Raoul Dufy.

La mort de sa mère (en juin 1939) suivi du déclenchement de la Seconde Guerre mondialeParis sous l'Occupation allemande, le port de l’étoile jaune et son inscription à l’École nationale supérieure des arts décoratifs refusée pour raisons raciales bouleversent sa vie. Il s’inscrit à un cours privé de dessin publicitaire du boulevard Saint-Michel, qu'il abandonne neuf mois plus tard car sa famille, en échappant de justesse à la rafle du Vélodrome d'Hiver en juillet 1942 est contrainte de se cacher dans un appartement à Paris pendant deux ans. À la Libération de Paris, il démarre rapidement une carrière de graphiste publicitaire chez l’imprimeur d'art Draeger, et réalise également des cartons de tapisserie, des décors de théâtre et les vitrines d’Hermès rue du Faubourg Saint-Honoré.

En 1950, il obtient la nationalité française et il s’installe à Nice dans les Alpes-maritimes, où il poursuit sa carrière de graphiste publicitaire!

La gravure au carborundum, la lithographie, les vitraux, la poterie, la sculpture sont autant d’outils d’expression qu’il explore d’abord dans l’atelier qu’il avait aménagé à son domicile sur les hauteurs de Nice(1954-1972), puis au quai Rauba Capeu à Nice (1971-1976). Il quitte Nice pour installer son atelier principal dans sa propriété à Saint-Paul-de-Vence en 1976.

En collaboration avec Pierre Chave, lithographe à Saint-Paul-de-Vence, Théo Tobiasse élabore une technique pour réaliser des lithographies de dix-huit à vingt couleurs qu’il réalise pour de nombreux éditions originales éditées en France, en Suède et aux États-Unis : Songs of Songs (1975), Paris, Fleur de BitumeHommage à H.C. Andersen(1980), Parfum d’Odalisque (1982). Il s’initie également à la gravure au carborundum, une technique de gravure élaborée par Henri Goetz pour Let My People Go (1981)!

En 1992, une exposition rétrospective de l'œuvre de Théo Tobiasse est organisée au château-musée de Cagnes-sur-Mer. Ses ateliers deviennent des lieux de rencontre pour des amis artistes tels que AlainjunoBen et ArmanChaïm Potok visite l'atelier de Saint-Paul à plusieurs reprises, lui consacre une monographie Tobiasse: Artist in Exile publiée en 1986 à New York, et y rencontre l'écrivain James Baldwin, l'ami et le voisin de Théo Tobiasse en 1987!.

Il voyage énormément pour ses expositions personnelles. En 1987, Vision Nouvelle Japon expose ses dernières tableaux à TokyoKokura et Mito et puis en 1991, des grandes sculptures en panneaux de bois découpé et peint à TokyoOsakaNagoyaKōbe, Fuokoka et Taïpei. Il découvre Prague en 1992 et y retourne en 1995, et voyage chaque année à Venise pour dessiner. Venise vient dès lors compléter le quatuor de villes l'inspirant. Lors de ses voyages, il remplit des carnets-journaux de dessins dont les premiers sont reproduits en facsimilé en 1992 par les éditions de la Différence, Les Venise de Tobiasse, ou Dessins et écrits!!.

Théo Tobiasse découvre le travail de scénographie avec la création de décors et de costumes pour le théâtre de marionnettes. Il crée un album de lithographies pour le cinquième centenaire de l'expulsion des Juifs d'Espagne. Le Jardin des psaumes, une suite de sept vitraux créée dans l'atelier du maître-verrier Alain Peinado est inaugurée au centre communautaire israélite de l’Esplanade à Strasbourg à l'occasion du bicentenaire de l'émancipation des Juifs. Il enchaine avec la création de douze vitraux monumentaux intitulée Le Chant des prophètes pour la synagogue de Nice qui sont inaugurés en 1993.

En 1994, il participe avec d'autres artistes de la région niçoise (ArmanBen, Jean-Claude Farhi, Claude Gilli et Patrick Moya) à la création de chars pour le Carnaval de Nice qui a pour thème cette année « Le roi des Arts », l'exposition des maquettes des chars au Musée d'art moderne et d'art contemporain de Nice et à l'édition d'un portfolio de lithographies sur le thème du carnaval.

À sa mort, il reçoit les hommages de la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti et du député-maire de Nice, Christian Estrosi!!

(SUITE SUR WIKIPEDIA)

 

                                       atelier_Tobiasse atelier Tobiasse

expo_tobiasse