MERCI A PATRICKBOSCHET  : Au 43 bis rue Damrémont on peut voir un remarquable ensemble de faïences murales décorées par Francisque Poulbot et réalisées par l'atelier de faïence Hippolyte Boulenger et Cie de Choisy le Roi dont le siège social se trouvait depuis 1889 au 18 rue de Paradis. Cet ensemble, qui comprend 12 tableaux sur le thème de la vie des " poulbots " dans le Montmartre des années 1910, décorait l'accès d'un ancien bains-douches. Francisque Poulbot, affichiste, dessinateur et illustrateur, au 13 avenue Junot dont la façade est décorée de mosaïques de " poulbots " AJ Arnoux dont la signature figure au bas de chaque tableau dirigeait les ateliers de décoration de la manufacture de Choisy et s'est illustré par ses recherches sur les émaux.

Francisque Louis Gustave Poulbot, né à Saint-Denis le 6 février 1879 et mort à Paris (18e) dans sa maison le 16 septembre 1946, inhumé au cimetière de Montmartre, fut un affichistegoguettier, dessinateur et illustrateur français.

Né dans une famille d'enseignants — ses parents sont instituteurs —, Francisque Poulbot est l'aîné de six enfants. Doué pour le dessin, il n'ose cependant pas se présenter à l'École des beaux-arts. À partir de 1900, ses dessins commencent à être publiés dans la presse. Il s'installe à Montmartre et épouse, en février 1914, Léona Ondernard, avant de partir pour le front ; il est cependant réformé l'année suivante. Durant la Grande Guerre, il signe des affiches et des cartes postales patriotiques, ce qui lui vaudra, pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l'occupation allemande, d'être assigné à résidence.

Très attaché à la vie montmartroise, Poulbot s'associe, en 1920-1921, à la création de la « République de Montmartre » avec ses amis Adolphe WilletteForainRaoul Guérin et Maurice Neumont. Il est à leur côté membre de la goguette du Cornet. En 1923, pour venir en aide aux enfants nécessiteux de Montmartre, il ouvre un dispensaire rue Lepic.

Le néologisme « poulbot » a été créé en référence à ses nombreuses illustrations représentant des titis parisiens : les gamins des rues. Une illustration de Gavroche, le célèbre personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo, en est le parfait exemple. Il est également à l'origine du couple de poupées fétiches de la Première Guerre mondiale Nénette et Rintintin.

Au 43 bis de la rue Damrémont, on peut voir un remarquable ensemble de faïences murales décorées par Poulbot sur le thème de la vie des poulbots dans le Montmartre de 1910. Cet ensemble décorait l'accès d'un ancien bain-douches.

Dans les années 1960 à 1980, le terme « poulbots » a désigné les illustrations d'enfants parisiens aux grands yeux (dans la veine de Margaret Keane) peintes par Stanislas Pozar, artiste connu sous le pseudonyme de Michel Thomas (1937-2014).

Chevalier de la Légion d'Honneur au titre du Ministère des Beaux-Arts

                                    poulbots_titis_parisiens

poulbot_atelier