MERCI A Film 25 production - Ses dernières paroles furent "L’enthousiasme, c'est le secret de la vraie vie". Découvrez cet homme incroyable ! Nous sommes le 14 septembre 1822 un peu avant midi. Un érudit travaille dans son bureau de l’institut de France. Et voici que la porte est ouverte, comment ouverte, bousculée ! Et celui qui entre, un homme de 32 ans ressemble à un véritable bolide. Et l’érudit reconnaît son propre frère : Jean-François Champollion, qui jette sur son bureau une brassée de document et qui crie, qui hurle plutôt : Je tiens l’affaire ! Et l’érudit sait très bien qu’il s’agit de l’Egypte. Parce qu’il y a des années et des années que Jean-François pense à l’Egypte, travaille sur l’Egypte, et le voilà en effet qui développe un raisonnement qui se réfère à ses documents, à ses papiers, et à ses papyrus. Et le frère l’écoute émerveillé. Oui, un homme seul, Jean-François Champollion, en déchiffrant les hiéroglyphes, a rendu au monde des milliers d’années d’histoire qui lui échappait.

Tous ces touristes qui vont aujourd’hui en Egypte, et ils ont raison d’aller en Egypte parce que c’est un voyage qu’on oublie jamais, c’est le plus beau des voyages que l’on puisse faire. Tous ces touristes qui reviennent avec le souvenir d’images éblouissantes, mais aussi qui sont capables de situer des hommes derrière ces images, à qui l’on a raconté l’histoire de l’ancienne Egypte, et bien tous ces touristes devraient sans cesse avoir un nom en mémoire : Celui de Jean-François-Champollion, parce que c’est grâce à lui que nous pouvons connaître cette histoire.

Champollion, c’est la victoire de l’esprit, Champollion c’est la victoire de la Foi créatrice, c’est la victoire de l’enthousiasme!!

           champollion

Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune, né le 23 décembre 1790 à Figeac (Lot) et mort le 4 mars 1832 à Paris, fut un égyptologue français.

Premier à déchiffrer les hiéroglyphes, Champollion est considéré comme le père de l'égyptologie. Il disait de lui-même : « Je suis tout à l'Égypte, elle est tout pour moi ».

Champollion est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1825 par Charles X.

Déchiffrement des hiéroglyphes

                          Champollion en tenue égyptienne, peinture au pastel de G. Angelelli, 1828.

Avant Champollion, Ibn Wahshiyya (IXe siècle et Xe siècle) avait tenté le déchiffrage des hiéroglyphes. La critique de ses recherches est sévère!

Ramsès
N5
Z1
F31 s s
Thoutmôsis
G26 ms s

À partir de 1821, Champollion déchiffre les premiers cartouches royaux, dont celui de Ptolémée V sur la pierre de Rosette, puis celui de Cléopâtre sur la base d'un obélisque et sur un papyrus bilingue.

Un ami, l’architecte Jean-Nicolas Huyot, lui ayant envoyé des reproductions de détails issus des temples d'Abou Simbel qui venaient d'être découverts, Champollion y repère dans un cartouche le signe solaire de Râ (Rê), un autre signe qu'il savait être M et deux S : RâMSS, donc Ramsès, ce qui en même temps signifie « Rê l’a mis au monde ». Idem pour ThôtMS, Thoutmôsis : le 14 septembre 1822, il peut donc aussi lire les noms égyptiens, s'exclamer « je tiens mon affaire » puis selon la légende familiale (hagiographie du fils de Jacques-Joseph Champollion, Aimé-Louis) tomber dans un coma quelques jours. Ce déchiffrement signe l'acte de naissance d'une nouvelle science, l'égyptologie.

Le 27 septembre 1822, il écrit la lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques dans laquelle il fait part de sa découverte d'un système de déchiffrement des hiéroglyphes :

« C'est un système complexe, une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique, dans un même texte, une même phrase, je dirais presque dans un même mot

En 1826, il est nommé conservateur chargé des collections égyptiennes au Musée du Louvre. Il convainc le roi Charles X d'acheter la collection d'Henry Salt, consul britannique en Égypte.

De 1828 à 1829, il réalise enfin son rêve : il part pour une mission scientifiquey en Égypte, avec son collaborateur et ami Ippolito Rosellini, et y recueille de nombreuses données et objets pour vérifier que son système hiéroglyphique fonctionne bien. Il étudie l'obélisque de Louxor et recommande avec succès d'échanger ce dernier avec celui d'Alexandrie, offert à la France en 1828. C'est lors de cette mission qu'il écrit à son frère :

« Jeté depuis six mois au milieu des monuments de l'Égypte, je suis effrayé de ce que j'y lis plus couramment encore que je n'osais l'imaginer. J'ai des résultats (ceci entre nous) extrêmement embarrassants sous une foule de rapports et qu'il faudra tenir sous le boisseau. »

De retour en France en décembre 1829, il doit subir une quarantaine à Toulon dans un lazaret humide et glacé, ce qui aggrave sa goutte, sa tuberculose et probablement une bilharziose contractée en Égypte!

 Il est élu à l'Académie des inscriptions et belles-lettres après la chute de Charles X, et obtient la chaire d'Antiquité égyptienne au Collège de France. Il y donne sa leçon inaugurale en 1831. Cependant, il meurt à Paris le 4 mars 1832, à l'âge de quarante et un ans. La cause exacte de sa mort n'est pas connue (probablement du choléra, qui s'abat sur Paris en mars). Il est enterré, selon sa volonté, non loin de son ami Joseph Fourier (18e division du cimetière du Père-Lachaise ).

Le 11 mars 1832 par délibération du conseil municipal de la ville de Figeac est élevé un monument à la mémoire de Jean-François Champollion.Le 24 avril 1833, une loi ordonne d'acquérir au nom de l'État et dans l'intérêt des sciences les manuscrits, les dessins et les livres de Jean-François Champollion.

Un musée consacré à Jean-François Champollion a été créé dans la maison natale du père de l'égyptologie à Figeac dans le Lot.

Il est inauguré le 19 décembre 1986 en présence du président de la République française François Mitterrand et de Jean Leclant, secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres.

Après deux ans de travaux et d'extension, le musée a rouvert en 2007. Outre la vie et l'œuvre du découvreur, le musée retrace l'histoire de l'écriture. L'artiste Pierre di Sciullo crée un moucharabieh typographique polyglotte, une installation typographique sur l'une des façades qui est entièrement percée de pictogrammes, d'idéogrammes originaires du monde entier. (TOUTE LA SUITE SUR WIKIPEDIA)

CHAMPOLLION_COLLEGE_DE_frANCE SCULPTURE CHAMPOLLION AU COLLEGE DE FRANCE