LE PAPA DE JACQUES MAJORELLE!!

Louis-Jean-Sylvestre Majorelle, usuellement Louis Majorelle (Toul26 septembre 1859-Nancy15 janvier 1926), fut un ébéniste et décorateur français du mouvement Art nouveau de l'École de Nancy, dont il fut également vice-président.!!

En 1861, son père, Auguste Majorelle (1825-1879), lui-même concepteur et fabricant de meubles, déménage avec sa famille de Toul à Nancy. C'est là que Louis y finit ses études initiales avant d'aller en 1877, et pour deux ans, à l'École des beaux-arts de Paris, dans l'atelier du peintre Aimé Millet1. À la mort de son père, il arrête son cursus et revient à Nancy pour surveiller la fabrique familiale de faïence et de meubles . Cela l'occupe pour le reste de sa vie. Le 7 avril 1885, Majorelle épouse Marie Léonie Jane Kretz, la fille du directeur des théâtres municipaux de Nancy. Leur seul enfant, Jacques Majorelle, qui deviendra le peintre de l'Atlas, naît le 7 mars 1886 à Nancy!!

 Initié à l'Art nouveau par Émile Gallé dès 1894, Majorelle devint en février 1901 un des membres fondateurs de l'École de Nancy, connue antérieurement comme Alliance provinciale des industries d'art, rassemblant un groupe d'artistes, architectes, critiques d'art et industriels lorrains, qui décident de travailler de manière collaborative avec une prédominance pour l'Art nouveau. Menés par Émile Gallé (jusqu'à sa mort en 1904), puis par Victor Prouvé, ses membres se groupent pour différentes raisons, notamment pour s'assurer d'un haut niveau de qualité dans les Arts décoratifs de la région où exercent les principaux fabricants.

 Majorelle fut un des vice-présidents du groupe depuis sa fondation, le restant pendant toute la durée de l'École de Nancy, dont il fut considéré comme une des figures dominantes. Principalement, lui et les autres membres se sont attachés à promouvoir le travail d'artistes décorateurs lorrains, par la promotion et la mise en place d'une école pour les arts industriels, la participation aux salons importants (dont les leurs), et la collaboration pour réaliser des éléments individuels et des bâtiments, pour la plupart de style Art nouveau. Ils ont ainsi réalisé une unité quant à l'art et l'architecture produits par les Lorrains.

 Majorelle fut sans conteste une des figures internationalement reconnues du groupe, qui pouvait toujours être retrouvée aux salons dans lesquels ce groupe exposait. Ses connexions avec les cercles d'art parisiens ont aussi permis d'assurer le renom des artistes lorrains dans la capitale française. Néanmoins, l'École de Nancy étant souvent à court d'argent, la coopération artistique formelle parmi ses membres s'est lentement désintégrée pendant la Première Guerre mondiale.

En 1898, Louis Majorelle confie à l'architecte Henri Sauvage l'élaboration des plans de sa maison de Nancy. Construite en 1901-1902, par Lucien Weissenburger, la villa Majorelle (ou villa Jika, d'après les initiales de son épouse : Jane Kretz), résulte d'une collaboration des principaux artistes de l'École de Nancy et de l'Art nouveau parisien.

Ce sera la première maison entièrement de style Art nouveau de Nancy ; la villa présente en effet tous les éléments du mouvement, aussi bien dans ses extérieurs que dans son intérieur.

Majorelle a dessiné une unique série de vitraux, réalisés après sa mort ; ceux-ci peuvent être vus à la maison de la Formation de Mont-Saint-Martin (anciennement Grands Bureaux des Aciéries de Longwy), désormais classées monuments historiques, illustrant le travail des hommes dans la sidérurgie. (SUITE SUR WIKIPEDIA)

                                      Louis_majorelle

                                                  Louis Majorelle par Claude Hinsinger

.